[Jeu] Bioshock 2 – La conscience de soi et le libre arbitre

https://i2.wp.com/ushi.jaerdoster.fr/wp-content/uploads/2012/04/bioshock-2.jpg

Lorsque j’eus fini de jouer à Bioshock, 1er du nom, je ne désirais rien d’autre que de poursuivre l’aventure et continuer à explorer ce fantastique univers. Une suite existant, et des connaissances m’assurant que si on aimait le 1, on aimait forcement le 2, je l’ai choppé dès que j’ai pu en occasion. Je ne m’attendais pas à aimer à ce point ce jeu, je crois que je l’ai encore plus aimé que le 1er, et à certains moments, il m’a réellement ému et j’ai eut les larmes aux yeux.

Le jeu se déroule lui aussi dans la ville sous-marine Rapture, en 1968, huit ans après les événements relatés dans BioShock. Et cette fois-ci, nous sommes un protecteur. Wow.
Rien que cet élément et j’étais déjà conquise. Les protecteur bon sang, avec leur grosse vrille ! Et qui dit protecteur dit petite sœur… Il est possible dans cet opus d’adopter des petites sœurs, et de les protéger tandis qu’elles récoltent de l’adam pour nous. Une situation dont je ne me suis pas lassée un seul instant.Comme dans le 1er opus, on avait le choix entre les récolter (les tuer) ou les sauver. Personnellement, la question ne se posait même pas : Évidemment que j’allais les sauver mes ptites chéries ! Le jeu est rythmé par les messages télépathiques d’Eleanor, notre petite sœur attitrée qui nous appelle « papa » et nous supplie de venir la libérer. Car nous ne sommes pas n’importe quel protecteur, nous somme un sujet de la série Delta, une série de protecteurs liés à une seule petite sœur chacun, d’où le lien fort entre nous et Eleanor.

La 1ere cinématique du jeu nous montre d’ailleurs en train de combattre des chrosomes, jusqu’à ce qu’une certaine Sofia Lamb, la mère d’Eleanor, vienne nous reprendre notre petite sœur et nous contraint par la parole à nous tirer une balle dans la tête. On ne sait pas ce qu’il s’est passé ensuite, mais toujours est-il que l’on se réveille dans une vita-chambre, et que le besoin de retrouver Eleanor est presque physique. C’est le Dr. Tanenbaum qui va vouloir nous aider à retrouver Eleanor, et elle va ensuite passer la main à Augustus Sinclair, un homme à qui on ne ferait pas forcement confiance, mais vu la situation…(Mention spéciale pour sa voix française qui est géniale, direct, moqueuse et cynique, j’adorais ses interventions).

https://i2.wp.com/ushi.jaerdoster.fr/wp-content/uploads/2012/04/Big_sister_bioshock_2.jpg

Entrent également en scène les Big Sister. Si dans le trailer elles ne m’avaient qu’à moitié convaincue, in game c’est autre chose. Dans le 1er jeu, les Big Brother me faisaient peur, mais les big sisters elles, me terrorisent. J’ai eu l’impression que l’ambiance musicale était plus travaillée dans ce 2eme opus, et les interventions des Big sisters étaient accompagnés d’une musique stressante à souhait, qui, combiné aux cris stridents des big sisters et de leur mouvement hachés et rapide, en faisait des ennemis de taille. Au niveau des chrosomes, on retrouvait les classiques du 1er opus, et une nouvelle catégorie de chrosome du genre « gros molosse ». Comme dans le 1, possibilité de glaner des points d’expérience, mais avec une camera ce coup ci, très sympa. Toujours au niveau concept, quelques nouveaux plasmides, mon préféré étant celui qui permet de se balader en étant invisible comme dans un voyage astral, pour explorer un peu en avant les endroits louches, ou pour balancer un plasmide d’hypnose sur un chrosome dans un groupe, et les laisser s’entretuer. Un régal.

Sur le plan purement technique / bug du jeu, je reprocherais le syndrome bioshock avec ces fucking vitres que l’on ne peut pas briser, mais qu’un chrosome de passage peut détruire >>; Pour obtenir la mitraillette, j’ai essayée toutes les méthodes sur la vitre, avant d’aller voir ailleurs et finalement avoir accès à la séquence ou un chrosome l’a brisé. C’est frustrant et trompeur, parce qu’on cherche alors une solution qui n’existe pas. A un autre moment du jeu j’ai eut presque la même chose, sauf que je me suis dit qu’il manquait peut être une séquence. Mais ne pas pouvoir briser des vitres alors que les chrosomes le peuvent, c’est vexant ! 😄

Petit bug également au niveau des petites sœurs : Lorsque l’on tue 2 protecteurs, les 2 petites sœurs restent à pleurer au sol jusqu’à ce qu’on les ramasse. Ça détruit l’immersion dans le jeu.
J’aurais préféré qu’il soit impossible de tuer un autre protecteur lorsque l’on a une petite sœur sur le dos, et que ceux ci ne nous attaquent pas également. J’imaginais que les petites sœurs converseraient entre elles des qualités de leurs protecteurs respectifs si on s’approchait, et au lieu de cela l’autre protecteur m’a attaqué. Décevant.

Attention, à partir de la je spoile et raconte mes impressions sur des scènes précises du jeu.

https://i1.wp.com/ushi.jaerdoster.fr/wp-content/uploads/2012/04/bioshock-2-wallpaper-2.jpg

L’histoire de cet opus tourne énormément autour du personnage Sofia Lamb, une psychologue qui est devenue le gourou d’une secte au sein de Rapture. Les messages que l’on découvre de ci de la nous permettent de voir la situation sous plusieurs angles. On est également confronté à 2 reprises avec des protagonistes importants. Le 1er sera Grace Holloway, une chanteuse black dont on voit nombre d’affiche avant d’apprendre qu’elle fut pendant un temps la tutrice d’Eleanor alors que sa mère était en prison suite à une manigance pour faire cesser sa secte. On se retrouve finalement face à Grace, qui nous dit de la tuer. Malgré le fait qu’elle ait tenté de me mettre des bâtons dans les roues, je n’avais aucune envie de la tuer. Je me suis très vite identifiée au personnage d’Atlas, et mon but était juste de retrouver Eleanor. Pourquoi aurais-je tué celle qui s’était occupée d’elle ? C’était aussi une manière de montrer que la bête n’était pas forcement celui que l’on croit. Mais face à Stanley Poole, j’ai bien plus hésité.

Stanley est celui qui a enlevé Eleanor et l’a mise dans un orphelinat des petites sœurs. C’est à cause de lui si elle est devenue un sujet d’expérience. Il nous aide à progresser dans le jeu, mais lorsque l’on apprend la vérité sur lui, et que l’on prend conscience d’être face à une ordure… C’était un vrai choix moral. Fait on justice en tuant ? Mais malgré son passé, il m’avait aussi aidé, même si c’était uniquement pour ses ambitions personnelles. J’ai finalement choisi de ne pas le tuer, car je ne suis pas un monstre, et que je souhaitais que
retrouver Eleanor.

Suit ensuite un autre personnage marquant, même si amené un peu trop abruptement sans être introduit, j’ai nommé Gilbert Alexandre. Étrange expérience que de suivre ses conseils via ces vieux enregistrements de lorsqu’il était encore sain d’esprit, et de l’entendre nous supplier de tuer son « moi » d’aujourd’hui, devenu dément, et devenu physiquement un énorme monstre dans un bocal. Le choix d’allumer l’électricité et de le voir hurler et se décomposer avec une lourde musique d’ambiance m’a laissé une diffuse sensation de malaise.

https://i0.wp.com/ushi.jaerdoster.fr/wp-content/uploads/2012/04/bestandbrightest.png

Les messages vocaux, que j’ai cherché avec obstination, nous en apprennent beaucoup sur les protagonistes, et parmi eux, se trouve un certain Mark Meltzer, descendu à Rapture pour retrouver sa fille Cindy. Il l’a vu transformée en petite sœur, et cherche le moyen de la sauver. On trouve régulièrement ses messages, et lorsque finalement en tuant un protecteur, je trouve sur lui un message racontant que c’est Mark Meltzer,  finalement capturé par Lamb et quasiment obligé à devenir un protecteur… Il a choisi cette solution pour être finalement avec sa fille. Je ne sais pas pourquoi, mais la manière dont c’était amené m’a terriblement émue. Je n’espérais pourtant pas vraiment que l’histoire de Mark Meltzer se finisse bien, mais je ne m’attendais pas… à le tuer.

Il en va de même pour Sinclair. Durant tout le jeu, j’avais peur qu’il ne retourne sa veste, qu’il me trahisse d’une manière ou d’une autre, échaudée par le 1er opus. Lorsque j’ai appris qu’il était en fait lui aussi un protecteur de la série Delta qui tentait de résister à l’influence de Sofia Lamb, et lorsqu’il me demande de le tuer… La voix agonisante et pressante de Sinclair était terrible, et devoir le tuer m’a pas mal remué.

https://i0.wp.com/ushi.jaerdoster.fr/wp-content/uploads/2012/04/246px-Eleanor_mother_lamb.jpg

Dans la 2eme partie du jeu, après avoir vu sous nos yeux Eleanor se faire étouffer par sa propre mère, le lien à été rompu, et l’on est comme mort, mais pourtant encore une fois, on revient à la vie, et Eleanor nous explique son lien si particulier avec les petites sœurs. Elle peut habiter leurs corps, et en fait au final, c’était Eleanor que l’on avait avec nous durant tout ce temps, dans différents corps… Elle nous fait rentrer dans le corps d’une petite sœur, et là, on assiste au moment le plus poignant du jeu. On découvre la vision des petites sœurs. Droguées jusqu’à la moelle, les petites sœurs ne voient pas la réalité de Rapture. Elles voient un monde propre et doux, couvert de drapé, de plantes et de sculptures, ou les chrosomes sont des paisibles invités mondains. Et puis soudainement, dans un flash, on voit la réalité : Les lieux désolés, dégoutants, les cri horribles, et par contrastes, l’endroit est véritablement effroyable, et c’est avec soulagement que la vision revient à cet univers doré et paisible, ou des pétales de roses disséminées au sol nous guident vers « les anges », de belles personnes allongées au sol. Mais à peine plante-t-on l’aiguille que la vision de réalité revient, cet ignoble cadavre et ces lieux abominables. Cette partie du jeu pose une question simple, déjà vue, mais qui garde son efficacité primaire : Vaut il mieux vivre dans la paix en ignorant la réalité, ou connaitre la réalité et constater qu’elle soit horrible ? Si la réponse parait évidente, dans la peau d’une petite sœur, je ne parvenais pas à avoir envie de connaitre la réalité. J’avais envie de rester dans cette douce illusion. Étrange sensation.

Vers la fin du jeu, alors que l’on visite les ailes pédiatriques pour libérer des petites sœurs et leur permettre de nous aider à sortir de la, on en apprend d’avantage sur les expérimentations, et des détails que l’on aurait pas forcement voulu savoir, qui ne font qu’amplifier l’étrange sentiment que l’on traine. Les enregistrement à propos de la douleur des petites sœurs sont horribles, on a le cœur serré.

https://i2.wp.com/ushi.jaerdoster.fr/wp-content/uploads/2012/04/bioshock-2-14.jpg

La fin du jeu m’a laissé un sentiment mitigé. Lors du déroulement de l’histoire, j’avais souvent peur qu’Eleanor n’agisse que par esprit de contradiction, et qu’ainsi elle finisse par faire des erreurs. Dans certains enregistrements, elle me semblait presque vicieuse. Mais finalement, elle sauve sa mère de la noyade. J’avais presque oublié que je n’étais pas censé exister, et j’ai été presque choquée de me voir piquer par Eleanor pour récupérer mon adam et ainsi avoir en elle mes souvenirs et mon existence. Pourquoi n’ai-je pas eut le choix ? Peut-être ne voulais-je pas continuer à vivre à travers elle. Ce manque de choix, alors que tout le jeu parle du libre arbitre et de l’ego, m’a gêné, et m’a laissé un drôle de gout dans la bouche alors que le générique de fin défilait à l’écran.

Contre toute attente, ce jeu à été très fort en émotions pour moi, et les questions de libre arbitre, de conscience de soi, de choix, ont été à mon sens parfaitement transmises. Malgré son abord violent, c’est un jeu tendre. Un jeu qui fait réfléchir, hésiter, douter. Couplé à l’univers fabuleux de Rapture et à la grisante sensation d’être un protecteur, ce jeu est un must pour moi.

Le prochain Bioshock se nomme Bioshock infinite et change totalement d’univers : Adieu Rapture sous la terre, bonjour la ville dans les airs. C’est une bonne chose, Rapture a été suffisamment exploré, il est temps de passer à autre chose. Les vidéos mises à disposition du public donnent terriblement envie, les concepts de déplacement par rail sont excellents, et les nouvelles petites sœurs sont des jeunes femmes adultes et censées. Le héros parle aussi ! Aaaah que de changement, j’ai vraiment hâte qu’il sorte ! Je ne doute pas qu’il sera excellent.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Plumy, Jeu Vidéo

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s