[Film] Summer Wars

Summer-WarsKenji est un lycéen presque banal. Un peu réservé, mais petit génie des mathématiques, il passe ses temps libres à faire des petits boulots de maintenance informatique sur Oz, le réseau social informatique, équivalent de notre Internet, qui relie les particuliers et les entreprises du monde entier, gère les capitaux, l’administratif et toutes les communications. Un système à l’échelle planétaire devenu totalement indispensable pour la société.

Mais aujourd’hui, changement de programme pour Kenji. Une copine de classe, Natsuki, l’invite à un week-end dans sa famille et lui demande de se faire passer pour son petit ami, pour rendre heureuse son arrière-grand-mère en fin de vie. Il va jouer le jeu et rencontrer une famille très nombreuse, ancrée dans les traditions japonaises, dans une grande maison de campagne. Tout se passe pour le mieux dans cet environnement où il se trouve tout de même un peu mal à l’aise.

le monde d'Oz au design particulier

le monde d’Oz au design particulier

Jusqu’au moment où il reçoit pas sms une longue série de chiffres et une invitation à relever le défi. Piqué par la curiosité et pas son amour des chiffres, il va déchiffrer le code et traduire la phrase cachée, ce qui va lui valoir de passer dans tous les journaux télévisés dès le lendemain. En effet, le déchiffrage du code a permis à un hacker de pirater le système Oz, sous le pseudo de Kenji et ce dernier est désormais recherché par la police pour atteinte à la sécurité mondiale.

Kenji va tout d’abord se démener pour prouver son innocence, puis avec le soutien de cette famille, va mener un combat acharné contre le vrai responsable de l’intrusion, qui semble bien plus dangereux que prévu.

des débuts timides pour Kenji...

des débuts timides pour Kenji…

L’avenir et les traditions
Ce film d’animation va user d’une dualité forte pour trouver un équilibre passionnant : l’aspect traditionnel ancestral d’une famille aux convictions fortes, et la complexité du monde moderne symbolisé par Oz, le monde virtuel. Deux styles de vie qui, à première vue semblent diamétralement opposés, mais qui arrivent pourtant à fusionner de manière passionnante dans Summer Wars.

Le monde d’Oz, où tout le monde se ballade sous l’aspect de son avatar transpose en image toutes les actions informatiques des personnages. Ainsi, les affrontements à coups de touches de clavier se voient sublimées à l’écran en des combats vifs, énergiques, chorégraphiées et mis en scène de façon enivrantes. De véritables scènes d’actions, rehaussées par la tension palpable et l’enjeu de ce combat envers le hacker, qui nous font bien souvent retenir notre souffle devant notre écran, et serrer les points pour soutenir mentalement les protagonistes.

Love Machine est un hacker dangereux

Love Machine est un hacker dangereux

Une sensation qui atteindra des sommets faramineux à certains moments de l’histoire que je vous laisse le soin de découvrir.

Et si ces tensions nous prennent aussi bien aux tripes, c’est grâce à la galerie de protagonistes, tous plus attachants les uns que les autres. Cette famille que l’on avait tôt fait de classer dans la catégorie « ploucs de la campagne » révèle peu à peu des qualités magnifiques et des ressources incroyables. Et c’est par leurs valeurs et leurs convictions que ces ressources peuvent être utilisées de façon remarquable, à l’image de la doyenne de 90 ans qui impose le respect et nous scotche littéralement quand elle passe à l’action.

L'union fait la force...

L’union fait la force…

Une œuvre culte
J’avais beaucoup apprécié La traversée du temps, précédent film de Mamoru Hosoda, mais cela restait un petit film sympathique. Summer Wars place la barre bien plus haut, en dévoilant au fur et à mesure du visionnage un potentiel que je n’avais pas soupçonné. L’histoire est prenante, réserve des surprises, et monte en puissance, servie par une mise en scène impeccable, menant tambour battant un suspense énorme sans omettre pour autant de très beaux moments qui permettent de temporiser l’action. Les qualités techniques du film sont indéniables et la musique intense, aucun défaut n’est là pour entacher ses qualités.

King Kazuma est juste trop cool !

King Kazuma est juste trop cool !

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas regardé un bon film d’animation japonais, et cette sensation d’émerveillement, face à ce petit bijou, me ramène à l’époque encore récente de Satoshi Kon, réalisateur de génie dont je pleure encore la disparition soudaine alors qu’il était au sommet de son art. Une perte cruelle que cet homme que je considérais comme le fer de lance du renouveau japonais de l’animation.

Depuis sa mort, je m’étais un peu détourné de la japanimation, et en ai raté la sortie de Summer Wars. Aujourd’hui, j’ai heureusement corrigé cet erreur et je pense sincèrement que si Mamoru Hosada a été capable de créer un film aussi magnifique que Summer Wars, il pourrait bien être celui qui ramassera ce flambeau échappé des mains de Satoshi Kon et fera briller à nouveau la flamme de l’animation japonaise aux yeux du monde. Il faut désormais absolument que je vois Les enfants loups, son dernier film, mais en attendant, bravo, monsieur Hosada.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Animation, Article par Edward

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s