[Film] Chronicle

A la sortie de Chronicle, les affiches dans le métro parlaient d’un « film de super héro » mais qui « briserait les codes ». En bref, un énième film de super héros grand public potentiellement spécial. Je n’ai pas pu le voir à l’époque, c’est en le trouvant par pur hasard à pas cher que je l’ai finalement obtenu. Et donc là on arrête tout : Ce n’est PAS un film de super héros, on ne peut pas faire plus éloigné, et je ne comprend juste pas pourquoi ces mots reviennent sans cesse dans les critiques etc. Mais où vous voyez des super héros sérieux ? Ce sont des ado avec des pouvoirs, points à la ligne. Ils ne portent pas de costume, ne décident à aucun moment d’utiliser leurs pouvoirs pour « sauver des gens » (ce qui alors aurait totalement justifié l’utilisation du terme). Alors arrêtez de parler de « relecture audacieuse du mythe du super héro », ça n’est rien de tout ça !

Enfin bon, du coup, j’ai été surprise, et pas qu’un peu. Car Chronicle est un film complexe et douloureux qui laisse une étrange sensation après le visionnage. Les premières minutes sont très perturbantes en elles-mêmes puisqu’on a le droit à une vue en camera subjective qui évoque aussitôt Blair Witch : Les mêmes commentaires de l’entourage « Mais pourquoi tu filmes tout ? c’est bizarre », bizarrerie qui s’ajoute à l’attitude assez particulière du personnage principal, Andrew.

Andrew est un adolescent solitaire, mal dans sa peau, qui ne sait pas communiquer avec les autres. Quand il le fait, c’est directement à cœur ouvert parce qu’il n’est pas capable de faire preuve du détachement et de la spontanéité que les adolescents normaux savent utiliser au quotidien. S’ajoute à cela un environnement familial très difficile avec une mère mourante à la maison et un père alcoolique et violent… Et la « petite » bizarrerie de Andrew de tout filmer. Tout le film sera vu au travers de sa camera ou presque.

L’histoire commence alors qu’il part en voiture avec son cousin qui l’emmène à une rave party, pour le sortir un peu. Il n’ose parler à personne, se fait insulter et presque agresser, et finit par s’exiler pour pleurer dehors. Un certaine Steve, jeune homme sympathique et ouvert, vient le chercher, complètement défoncé, lui et Matt, le cousin de Andrew, ont visiblement découvert une chose incroyable qu’il faut absolument filmer. D’abord réticent, il le suit et découvre avec les 2 autres une chose particulièrement étrange, une sorte de grand cristal dans un trou sous terre.

Après ce contact, ils développent des pouvoirs de télékinésie. Tout d’abord légers, cela consiste à faire flotter des cailloux ou à assembler des lego entre eux par la pensée. Steve est le plus doué en force pure, tandis que Andrew a très vite un contrôle extrêmement fin de sa télékinésie. Matt est le moins doué mais arrive à suivre les 2 autres. Liés autour de ce secret, les 3 jeunes hommes vont commencer à passer tout leur temps ensemble, à développer leurs pouvoirs. De fils en aiguilles, ils apprendront même à voler.

On croit un instant que grâce à ses pouvoirs et à l’intimité qu’ils créent en eux, Andrew se fait de vrais amis et va apprendre à devenir lui-même. Mais non, il reste névrosé, distant et méfiant, incapable de se lier car incapable de s’ouvrir. Il utilise sa camera comme une protection contre le reste du monde, et surtout, a un ressentit envers ses pouvoirs assez différents de celui de ses 2 compères.

Les choses dérapent une 1ere fois quand Andrew balance une voiture dans un lac car elle les ennuyait sur la route. Non seulement il a utilisé ses pouvoirs de manière beaucoup trop brutale, mais surtout il semble n’en éprouver aucun remord et ne comprend pas pourquoi ses camarades sont si en colère.

La suite du film ne sera que la lente descente aux enfers d’un jeune homme complètement dépassé par les pouvoirs qu’ils possèdent et qui vire complètement psychotique. Ses amis cherchent à l’aider mais il les rejette, et étant plus puissant qu’eux, il peut les tenir à distance. La scène finale du film est terriblement violente et m’a énormément évoqué le finish d’Akira avec Tetsuo qui se laisse complètement bouffer par son pouvoir.

C’est toujours difficile de parler d’un film sans le spoiler intégralement, mais ce que je retiendrais de ce film, c’est un profond sentiment de tristesse. Il m’a bouleversé et je suis restée un long moment triste sans arriver à me défaire de ce sentiment. Certainement parce que je me suis beaucoup identifiée à Andrew, ayant été comme lui à l’adolescence : à part, incapable de m’intégrer, incapable de comprendre les codes de communication, incapable de faire confiance pour tisser un lien, et j’en passe. Le voir sombrer ainsi à ses pensées les plus tordues parce qu’il à la capacité de le faire est terriblement triste, tout comme la conclusion du film.

Mais ça reste néanmoins un très bon film oui. Le concept de camera est très vite détourné puisque Andrew utilise sans cesse sa télékinésie pour la faire flotter autour d’eux, créant des angles de vue variés et non monotones. On voit même parfois au travers des cameras de sécurité etc. Un parti pris artistique original et efficace.

En somme, Chronicle est un film sur l’adolescence, avec des personnages au demeurant très cliché de films d’ado américains, mais avec cette petite étincelle qui change tout, ce pouvoir qui leur est donné avec lequel ils ne font que s’amuser sans jamais songer à en faire quelque chose d’utile. Ce même pouvoir qui, dans le cœur noirci par la douleur d’Andrew, se révèle complètement dévastateur.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Article par Plumy, Film

3 réponses à “[Film] Chronicle

  1. Je ne sais pas pourquoi, mais contrairement à beaucoup, j’ai pas du tout accroché avec ce film.

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s