[Jeu] Thomas was alone

Thomas-Was-Alone

Thomas was Alone, encore un ovni que j’aurais croisé sans me retourner si un ami ne me l’avait pas conseillé. Je m’intéresse aux jeux indépendants, mais bon, un jeu de logique qui a l’air de ressembler à Tetris, voilà quoi… Fraîchement abonnée au Ps+, j’en ait profité pour le télécharger et le tester, et là, la claque.

140836

La fine équipe au complet

L’histoire commence avec des citations assez mystérieuses à propos d’IA, d’erreurs et de bugs auto-générés. Puis le jeu commence réellement, avec Thomas, petit rectangle rouge qui pense qu’il est tout seul. « Quelle étrange 1ere pensée ». Il découvre qu’il peut se déplacer, atteindre des portails qui le mènent à d’autres niveaux. Il croise bien vite d’autres IA, toutes représentées par une forme géométrique de couleur différente, ayant à chaque fois des caractéristiques physiques différentes (Faire rebondir les autres, flotter sur l’eau qui tue les autres, sauter plus haut, etc). Le but de chaque niveau va être de faire parvenir chaque IA à son portail personnel pour aller au niveau suivant en les faisant s’aider les unes les autres.

Petit jeu de logique sympathique donc. Mais durant presque tout le jeu, on ne fait pas tant fonctionner les neurones que ça. Le jeu ne cherche pas à nous mettre en difficulté : On réapparaît aussi sec si l’on meurt, le nombre de tentatives est infini… La complexité des manipulations à effectuer et des interactions entre les IA augmente graduellement, mais cela se fait très naturellement : Comme les IA, on apprend et on évolue.

On se prend vite à imaginer les iA sous forme humaine, et les dessinateurs s’essayent au jeu

Ce qui fait tout le charme du jeu, c’est la voix du narrateur, douce et feutrée, qui nous narre les pensées des différentes IA qui, en quelques mots, sont définies et existent. Il y a Thomas, la 1ere IA, volontaire, optimiste et curieuse. Chris le petit hargneux cynique. John le grand dadet protecteur et aventureux. Claire la nerd qui se prend pour une super héroïne, Laura qui se prend pour une victime, James qui est trop différent car en gravité inversée… Toute une équipe à laquelle on s’attache très vite de manière assez étrange. Ce sentiment est renforcé par la manière dont on joue : Les IA doivent sans cesse s’entraider pour parvenir chacune à leur but, elles ne peuvent pas être égoïstes. De plus, leurs capacités combinées créent souvent des résultats très sympathiques, je pense notamment à James dont l’intérêt 1er ne se remarque pas au premier abord mais qui permet un sacré tour de passe-passe avec les autres IA.

Il faut donc jouer « en équipe ». John peut très bien sauter tout seul jusqu’à son portail, mais ça ne lui sert à rien si les autres n’atteignent pas leur portails : « Personne ne reste derrière » semble être la devise du jeu. Jusqu’à ce qu’un étrange nuage de pixel volant vienne capturer une à une les IA selon des critères qui lui sont propres, mais en jouant, j’avais à chaque fois la sensation que c’était au moment où l’IA commençait à « trop » réfléchir par elle-même… Les niveaux ne méritent pas que l’on refasse le jeu plusieurs fois, mais cette mystérieuse histoire de fond elle le mérite peut-être.

thomas was alone

Un visuel minimaliste mais efficace

Très vite le message du jeu se fait transparent et évident, le jeu est une ode à la diversité et à l’entraide. Des mots qui sonnent très vite niais mais pourtant cet écueil est évité avec brio, et les réflexions des différentes IA nous touchent et nous font réfléchir. A plusieurs reprises, en quelques phrases, les IA m’ont touché, avec leurs petits sentiments primaires, comme par exemple James qui se sent mal à l’aise et ne comprend pas que Thomas l’apprécie alors que Thomas le trouve génial, etc. C’est assez simpliste comme message énoncé comme ça oui, mais c’est justement ça qui est fort, très fort : C’est retranscrit avec justesse et sans mièvrerie dans le jeu.

En amont, l’histoire du jeu est intrigante également : On a l’impression d’assister à la naissance de « quelque chose », une chose importante qui s’est passée. Ce sentiment est renforcé par les citations de début de chapitre qui sont intrigantes à souhait (et m’ont appris des mots, genre la forensique, vous connaissez ? ). Hélas, la fin du jeu est assez obscure et est laissée libre au joueur d’interpréter ce qu’il vient de se passer. J’ai joué pour l’ambiance dans lequel me plongeait gentiment ce jeu, notamment grâce à sa bande-son hypnotisante qui reste longtemps dans la tête, et qui m’a beaucoup rappelé les compositions originales du site Nivbed (Cette référence ne parlera à personne et je ne retrouve pas le site, mais j’avais envie de le mentionner).

La durée de vie est courte (environ 5h de jeu) mais ça fonctionne très bien sur un petit jeu atypique comme celui-ci et je ne sais pas si les concepteurs auraient put continuer à créer des niveaux (Quoique, il existe un niveau bonus à acheter sur le Psn justement). Certaines capacités des IA n’ont pas été exploitées à leur maximum et comme je disais, la difficulté était quasiment absente. Mais le but du jeu n’était pas de nous mettre en échec, mais de nous faire gentiment réfléchir, avec des images et des émotions simples. Pari réussi et l’émotion est aux rendez-vous pour ces petits cubes.

Note : Le jeu se joue sur Ps3 ou Ps Vita, au choix. J’y ai pour ma part joué sur Ps3, mais j’imagine que les graphismes se prêtent tout aussi bien à un écran plus petit. Mais pour être bien dans l’ambiance, je vous recommande de jouer avec un bon son et du calme (En gros, pas dans les transports. Ou alors vous ratez votre station, je pense).

Ed okL’avis de Ed : Si on ne critique que le gameplay, le jeu est basique et même banal. Passer d’un personnage à un autre en usant des capacités respectives de chacun pour avancer dans un niveau a été fait et refait, de Lost Vikings jusqu’à Trine. Alors quand en plus, le design est archi-minimaliste, on pourrait franchement croire qu’il ne s’agit là que d’un énième jeu flash qui fourmille sur le net. Mais ce qui sublime ce petit concept, c’est cette narration impeccable… des lignes de dialogues lues par une voix off suave et plaisante, et qui donnent réellement vie à ces formes géométriques. De l’humour, de l’empathie, des amourettes, des frustrations, beaucoup de choses se ressentent parfaitement dans ces quelques phrases lâchées ça et là. Et quand la voix off nous dit que le cube rouge sourit, eh bien, on le voit sourire… et ça, c’est magique !
Et guidé et temporisé par ce conteur inconnu, nous ne sommes plus face à un simple petit jeu de réflexion, mais bien face à une histoire, présentant de nombreux personnages aux interactions intelligentes et finement distillées. On a bien vite ses petits chouchous, et on se visualise leur physique. Une sensation qui fait du soft une très belle expérience.

Je regrette juste que les personnages arrivant dans les derniers chapitres (Grey, Jo, Sam, la Team Jump), soient traités aussi rapidement. Du coup, contrairement aux personnages principaux, j’ai été dérouté par les rebondissements de leurs personnages (surtout Grey), et je n’ai ni bien compris ce passage, ni réellement eu de sympathie pour eux. Là où Plumy y a vu une fin à interprétation libre, je me dis que c’est peut-être simplement une fin mal expliquée… Faites-vous votre avis en  y jouant à votre tour et vous nous direz ça !

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Article par Plumy, Jeu Vidéo

2 réponses à “[Jeu] Thomas was alone

  1. Stseiya

    Completement d’accord avec vous. Pour l’avoir fait sur PSVita, j’ai adoré le concept certes minimaliste mais tellement addictif mais malheureusement trop court

    • après, je me dis que s’il avait été plus long, le concept aurait peut-être été lassant… mais peut-être qu’un chapitre de plus sur l’équipe des personnages en gris aurait été bénéfique pour traiter ces nouveaux personnages, ouais…

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s