[Film] Dredd

DREDD-Collector1Dans un monde post-apocalyptique, les humains sont regroupés dans des mégalopoles protégées par d’immenses barrières antiradiations. Autant d’humains entassés dans des buildings gigantesques a fait resurgir la loi de la violence et les gangs prolifèrent dans les quartiers. Une seule institution existe encore pour tenter de maintenir l’ordre : les juges. Policiers d’élite, ils patrouillent, jugent les méfaits et exécutent les sentences sur le terrain.
Dredd est l’un d’eux, et un jour où il lui est attribué la charge d’une novice ayant des pouvoirs de médium dans le but de tester ses aptitudes à devenir juge, une intervention pour triple homicide dans un building va se transformer en cauchemar. En effet, Mama, la chef de gang du coin ne compte pas laisser les juges fourrer leur nez dans son business.

.

le célèbre pistolet multi-fonction à commande vocale du Juge est au rendez-vous !

le célèbre pistolet multi-fonction à commande vocale du Juge est au rendez-vous !

Une mise en scène admirable
Après le distrayant mais assez moyen Judge Dredd avec Silvester Stallone, l’annonce d’un nouveau film sur le comics sévèrement burné n’avait pas de quoi créer une attente extraordinaire. Et c’est donc sans surprise qu’il est passé assez inaperçu lors de sa sortie. Et c’est bien dommage, car sous son pitch assez basique se cache un excellent film, accumulant les qualités.
A commencer par son scénario qui, s’il ne dévoile pas un potentiel pouvant en faire un film commercialement efficace, choisit de se concentrer sur une échelle humaine et un huis clos immersif. Loin des attentes clichées qui voudraient immédiatement utiliser et justifier la mise en place de l’univers du comics comme une articulation scénaristique, le scénariste fait ici fi des poncifs habituels et ne développera quasiment rien du monde de Judge Dredd. Pas de président du monde qui joue double-jeu, de complot mondial responsable des radiations ou d’artefact secret pouvant sauver le monde… Dredd est un flic et nous allons suivre la journée d’un flic. C’est donc avec surprise et intérêt que l’on se prend pour un juge et que l’on suit le duo piégé dans cet immeuble et ses innombrables assaillants.

Malgré un passage classique, l'évolution du novice ne cède pas aux clichés sexistes habituels du faire-valoir ou de la romance à l'eau de rose...

Malgré un passage classique, l’évolution du novice ne cède pas aux clichés sexistes habituels du faire-valoir ou de la romance à l’eau de rose…

Servi par une musique électro aux beats martelant un pouls incessant qui rythme sans répit l’avancée des héros, les personnages évoluent en filigrane des scènes d’action. Pas de flashback présentant un passé torturé ou de moment discussion où les protagonistes se dévoilent l’un à l’autre… seuls le comportement et les quelques dialogues lâchés ça et là nous donnent des indices sur la personnalité de chacun. Notre imagination faisant le reste, au bon vouloir du spectateur. Détail intéressant : Dredd n’enlèvera jamais son casque, ne nous imposant aucun visuel au héros que l’on s’est construit. Un parti pris rare et à saluer, d’autant que cela n’empêche absolument pas de s’attacher à lui.

Et enfin, parlons de la mise en scène. Le film mettant en avant de l’action brute, on imaginait déjà les scènes clichées que l’on allait voir… eh bien non. Le travail de réalisation est un pur exemple à suivre pour tout cinéaste. Aucun plan ne cède à la facilité. Chaque scène est parfaitement calibrée dans le temps pour suivre un tempo entraînant, les point de vue sont sans cesse inattendus et novateurs, les scènes sont impressionnantes mais jamais artificielles ou ne reposant que sur de la poudre aux yeux. La matière du film est palpable et lui crée une âme propre.

Mama est une personnalité forte qui fait un peu peur

Mama est une personnalité forte qui fait un peu peur

L’ensemble étant peaufiné par une photographie artistique de grande qualité (les pouvoirs de médium de la novice ou les effets de la drogue locale sont très bien transcris) et des effets spéciaux efficaces, tout le film est une pure réussite. Gore, violence gratuite, violence justifiée, menace sexuelle, meurtres, justice, droiture, courage, psychologie… de très nombreux thèmes sont abordés de façon induite, sans jamais briser l’équilibre et faire plonger le film dans une lourdeur quelconque ou une morale facile.

Allez, une micro défaillance dans la réalisation : un discours d’un des ennemis trop long d’une dizaine de secondes qui donne à la scène des airs de classique monologue de méchant… mais 10 secondes sur 1h30 de film, je ne lui en tiendrai pas rigueur.

Difficile d’en dire beaucoup plus sur un film d’action / science-fiction qui se rapprocherait presque du genre intimiste d’une certaine façon. Cela rappelle un peu le film The Raid (j’en profite pour mettre l’article sur Hello World) en plus abouti sur tous les plans.
Dredd est donc un film à voir pour se forger son avis et à observer avec attention pour en savourer tout le potentiel de la mise en scène. Une très très bonne surprise à ne pas manquer !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Film

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s