[Jeu] Hitman Absolution

jaquette-hitman-absolution-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1331040396L’agent 47, est une figure mythique du jeu vidéo, connue depuis les débuts de la PS2 et pourtant, je ne m’étais jamais aventuré dans cet univers d’assassin froid et méthodique. Quelques trailers m’ayant fait envie, je me suis lancé dans Absolution avec curiosité et envie de me sentir dans la peau d’un tueur légendaire, un fantôme implacable et chauve ne laissant derrière lui que des cadavres, morts sans avoir pu émettre un seul cri. Une ambiance engageante et jouissive, n’est-ce pas ?

Une esthétique sans fond
Mais dès le début du jeu, les choses se gâtent. Une cinématique nous propulse dans un contrat où l’on doit assassiner notre ancienne collègue qui aurait trahi. Quelques minutes seulement pour se sentir investi d’un quelconque sentiment envers ce meurtre censé troubler l’agent 47, c’est bien trop peu. Je me dis que l’acte prend peut-être tout son sens quand on a joué à tous les titres de la licence, qui sait ? Mais je ne suis pas convaincu. Du coup, cette première immersion qui aurait dû être lourde de sens et faire démarrer la locomotive du scénario a bien du mal à être convaincante. On tue la femme dans une scène voulant se la jouer érotique en la surprenant sous la douche dans des ralentis stylisés, mais le rideau de douche sorti de nulle part pour lui cacher bien trop pudiquement l’ensemble du corps une fois à terre casse toute crédibilité et fleure bon le puritanisme déplacé. A ce compte là, il fallait l’habiller dès le début.

le jeu est de bonne facture, graphiquement

le jeu est de bonne facture, graphiquement

Et alors qu’il vient de buter sa cible, il se ravise et lui promet de sauver sa petite protégée, une enfant à l’attitude franchement autiste (mais je crois que ce n’étais même pas fait exprès, je pense qu’ils la voulaient surtout mystérieuse… et c’est raté ) qui cacherait un étrange secret convoité par de puissants ennemis. Et voilà que 47 retourne sa veste, s’enfuit avec la fille, affronte les méchants et l’agence dans une platitude émotionnelle qui laisse dubitatif. Je comprends bien que le héros n’est pas un grand expressif, mais dans ces cas-là, il faut que la mise en scène, les PNJ et les dialogues prennent le relais pour transmettre des émotions. Ce n’est clairement pas le cas et autant le dire tout net, on se fout royalement de tout ce qui se passera dans l’aventure. Les pseudos retournements de situation et autres face à face nous laissent désespérément sans réaction et on se contente d’enchaîner les chapitres sans le moindre enjeu.

Les nonnes, montrées du doigt comme du sexisme honteux sont avant tout un bel hommage aux codes de la série B... à prendre donc pour ce que c'est : de l'humour et de la dérision

Les Nonnes, montrées du doigt comme du sexisme honteux sont avant tout un bel hommage aux codes de la série B… à prendre donc pour ce que c’est : de l’humour et de la dérision

Les cinématiques n’offriront comme seul plaisir qu’une photographie très intéressante alternant les lumières bleues et orange créant une ambiance agréable, et la découverte de personnages secondaires originaux et souvent drôles dans leur décalage, comme les nonnes, une bande de tueuses à gage, le garde du corps du méchant, un espagnol atteint de gigantisme, ou quelques autres personnages dont la perversion est entraperçue avec humour. Une touche de série B qui colle avec l’esthétique et qui aurait vraiment pu marcher si la consistance et l’intérêt du scénario avait suivi.
La mise en scène n’aide pas non plus puisque qu’elle enchaîne des travelling mollassons à des scènes censées être forte sans la moindre transition naturelle. Les émotions de la jeune fille finissant par éclater à la fin de l’histoire n’ont strictement aucun effet, car elles n’ont jamais été construites et amenées jusqu’à cet éclatement. Les scènes s’assemblent mal et perdent donc toute efficacité.

Les effets de foule ont toujours été une marque de fabrique de la série

Les effets de foule ont toujours été une marque de fabrique de la série

C’est d’autant plus dommage que quelques choix étaient intéressants comme le fait de consacrer tout un petit niveau à l’agent 47 qui se rachète un costume après avoir saccagé le sien. Des petits moments intimistes qui auraient pu créer une personnalité au titre mais sont bien vite oubliés dans l’ensemble.
L’ambiance sonore n’est pas désagréable et la VF est relativement correcte si l’on garde à l’esprit l’ambiance volontairement série B et que l’on occulte la calamiteuse prestation de la jeune fille. On dirait une parodie de mauvais doublage, cette voix, du vrai foutage de gueule !

l'instinct permet à 47 de trouver ses cibles et les objets qui pourraient lui servir.

l’instinct permet à 47 de trouver ses cibles et les objets qui pourraient lui servir.

Une liberté dont naît la frustration
Marque de fabrique de la licence, l’agent 47 a en permanence de nombreuses façons d’atteindre ses cibles (jusqu’à une douzaine, parfois !). étrangler ou poignarder au corps à corps, pousser la cible dans un trou, piéger son véhicule, sniper d’une fenêtre environnante, ou encore empoisonner ses aliments… une liberté qui laisse présager un plaisir immense à tenter plein de trucs et à se faire plaisir. Mais c’était oublier le compteur de points jugeant en permanence chacun de nos actes pour motiver le joueur à se comporter comme un assassin parfait dont le but unique est de ne pas se faire repérer et d’éliminer uniquement sa victime désignée. Du coup, chaque mort autre est sanctionné par des scores négatifs. Alors que les niveaux regorgent d’armes en tout genre, le jeu nous indique sans cesse de ne pas les utiliser et de se contenter d’étouffer les gardes avec toujours la même méthode d’étouffement non-létale. Traduction : vous avez des dizaines de jouets vachement sympas, mais si vous vous en servez vous aurez un score de merde. Donc soyez chiants, monotones et répétitifs pour être un bon tueur…

la sensation de mort au silencieux est super jouissive, en plus... pourquoi ne pas l'encourager ?

la sensation de mort au silencieux est super jouissive, en plus… pourquoi ne pas l’encourager ?

Non mais dans ce cas, je préfère être un mauvais tueur et buter pleins de gens, quoi ! A partir du moment où on le fait sans un bruit et sans se faire repérer, c’est quand même trop la classe, ça devrait pas être pénalisé ! D’ailleurs pourquoi illustrer sans cesse l’agent 47 avec ses deux pistolets à silencieux si on ne peut jamais s’en servir? Non, je ne suis vraiment pas d’accord avec ce concept. Un tir de pistolet silencieux en pleine tête sans se faire voir par d’autres ennemis est un joli coup pour un assassin et devrait être récompensé par le jeu. Cela permettrait de ratisser la zone méthodiquement, implacablement, en se sentant puissant et invisible pour les autres gardes qui ne comprendraient même pas ce qui leur arrive. Le temps qu’ils se demandent d’où vient la trace de sang qui est par terre et pop ! Une balle dans la tête, et au suivant ! Ce serait tout simplement fun ! Et c’est ce qui manque cruellement à ce jeu : le fun ! Toute l’avancée est chiante comme un temps de chargement de Skyrim. On ne se contente pas de faire un repérage de la zone avant d’y aller pour être efficace, on a l’impression d’être en repérage constant, limité dans tous ses déplacements. Car le fait d’avoir prévu de nombreuses façons de tuer implique aussi en terme de level design une construction des phases de gameplay aboutissant à chaque méthode. Et toutes ces constructions s’entrecroisent, accumulant aussi les limitations imposées au joueur pour que chaque situation ait un challenge. Résultat : de la liberté énorme sur le papier naît une frustration constante de ne pas pouvoir faire telle ou telle chose.

de nombreux déguisements sont évidemment de la partie... non, non, je ne suis pas un assassin, je suis un plombier, regardez, j'ai un marteau !

de nombreux déguisements sont évidemment de la partie… non, non, je ne suis pas un assassin, je suis un plombier, regardez, j’ai un marteau !

Si je reconnais que le jeu reste un gros travail de développeurs pour avoir créé toutes ces mécaniques de jeu, je trouve l’ensemble complètement gâché par un équilibre calamiteux entre contraintes d’infiltration et fun. Un choix qui trouvera sûrement un peu de public tout de même dans les hardcores aimant avant tout faire des perfect quitte à avancer au ralenti pendant des heures en faisant toujours la même chose, mais cela explique à mon sens les ventes très moyennes du jeu et le fait qu’aussitôt sorti, il est oublié par la majorité des joueurs.

Un bonus de pré-commande bien vu !
Finissons tout de même par le détail qui m’aura le plus marqué du jeu : le bonus de pré-commande. A l’heure où tous les jeux offrent simplement au joueur fidèle une arme cheatée à utiliser une fois le jeu sorti pour se pourrir l’expérience, Hitman Sniper Challenge offre la même finalité mais en la justifiant de façon très intelligente.

la scène me fait direct penser à Léon de Luc Besson

la scène me fait direct penser à Léon de Luc Besson

En effet, un petit contrat propose au joueur de découvrir un peu en avance l’ambiance du jeu en le mettant dans la peau de 47, jugé en haut d’un immeuble et devant abattre une cible et sa quinzaine de gardes. Une mission très courte mais qui motive à la refaire de nombreuses fois pour en compléter des défis tous bêtes comme tuer les 5 pigeons cachées dans la scène, effacer les traces de la prostituée (shooter les objets qu’elle a oublié), faire tomber un garde dans une cage d’ascenseur, etc… pleins de détails rigolos qui nous obligent à scruter méthodiquement l’immeuble, à inspecter chacune de ses fenêtres (dévoilant souvent des détails très amusants une fois de plus) pour en trouver les secrets. Et si finir le niveau simplement offrira un sniper silencieux normal à utiliser une fois le jeu sorti, c’est l’accomplissement des différents défis qui augmentera notre capacité à l’utiliser efficacement. Tenir son souffle plus longtemps, éviter les tremblements, rapidité de rechargement, etc… C’est donc en s’entraînant au sniper dans un contrat annexe qu’on sera capable de mieux assurer au sniper dans le vrai jeu ! C’est d’une logique à toute épreuve qui justifie l’arme obtenue et fait qu’on la mérite tout en ayant un bref aperçu du jeu en avance. Un bel exemple de bonus de pré-commande intelligent et travaillé qui fait plaisir à voir.

hitman absolution
Un trailer qui a de la gueule, mais qui est très mensonger au final, puisqu’il ne présente quasiment que des scènes qui nous feraient perdre des points dans le jeu… pas très logique, hein…

Et le bien mal jugé trailer des Nonnes :

L’avis de Plumy : 

Plumy pas okAaaah, Hitman… Un jeu qui m’aura fait ragequit ma console plus d’une fois avant que je ne me décide à le désinstaller pour m’épargner de nouvelles frustrations. En lisant la description qu’en fait Ed, je ne peux qu’approuver, il met des mots sur un sentiment diffus que j’avais face à jeu. Mais je pense que mon habituelle difficulté à comprendre les mécanismes du jeu a assez joué dans mon expérience désastreuse du jeu.

C’est un soucis que j’ai régulièrement avec les jeux récents : Je n’arrive pas à comprendre comment ils « fonctionnent ». Je n’arrive pas à déterminer, en terme d’infiltration, ce qui me fera repérer et ce qui ne me fera pas repérer. De ce fait, nombreuses ont été les fois ou des manœuvres que je pensais discrètes m’ont fait repérer… Le contraire étant vrai aussi. Incapable de définir mon rayon d’action, le jeu a été une perpétuelle frustration pour moi, le seul niveau ou je me suis amusée étant celui de china town que j’ai refait plusieurs fois pour tuer la cible de plusieurs manières différentes.

Pourtant je pensais que l’infiltration me réussirait : Dans les 2 Batman, tuer mes ennemis en toute discrétion est l’une de mes manœuvres favorites. Mais ici, rien n’y fait : Je n’arrivais pas à comprendre le jeu, pourquoi certaines actions m’étaient impossibles, pourquoi l’alerte était donnée après que j’ai caché un cadavre – on m’a répondu bug du jeu, dans ce cas la les bugs sont nombreux – ou encore pourquoi je pouvais étrangler un mec 1m derrière son pote sans que l’autre réagisse et pourquoi la même manœuvre ne fonctionnait pas avec 5m d’écart entre lui et ses collègues…

Ça plus le système de points qui dégringole à la moindre action un tant soi peu rigolote, ce jeu n’a été que frustration pour moi, malgré toute la bonne volonté que j’ai mise à essayer. Et inutile que je parle de l’histoire totalement creuse dont je n’avais rien à faire, Ed s’en est bien chargé.

En bref, un bien mauvais souvenir que ce Hitman absolution, à mon grand regret car j’en espérais beaucoup.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

4 réponses à “[Jeu] Hitman Absolution

  1. Ca donne moyennement envie de s’y mettre, moi non plus je n’ai jamais joué à Hitman en plus…

    • oui, hein… ^^ » bah après, apparemment, il a quand même son petit public de fans qui kiffent ce genre, mais je pense que c’est vraiment un genre qu’on adore ou qu’on supporte pas… le genre de jeu où il vaut mieux faire la démo avant^^ »

  2. Il y a une démo justement pour ce jeu? Perso je l’ai en gratuit avec le PS+ mais je ne les pas encore lancé car le genre me semble assez spéciale. Et votre double critique ne m’encourage pas me lancer pour l’instant ^^

    Ca fait plaisir de vous relire en tout cas 🙂

    • euh, je suis pas sûr pour la démo… mais vu que tu l’as en gratuit, essaie-le, on sait jamais, y’en a qui kiffent… mais après, je sens que commencer un jeu sans être sûr de le faire à 100% va te bloquer dans ta maniaquerie des trophées XDD
      En tout cas, si tu te lances, faire le DLC sniper en premier (pas de trophées et intéressant)

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s