[Jeu] Rayman Legends

jaquette-rayman-legends-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1377607118Il y a deux ans, Rayman Origins a remis au goût du jour le genre plate-forme en proposant une expérience drôle, fun, riche et parfaitement maîtrisée de bout en bout. Un petit bijou sur tous les aspects qui a rafraîchi les standards que l’on est en droit d’attendre d’un jeu de plate-formes de nos jours. Mais comme tout jeu qui brille par sa qualité, on peut se demander ce que va donner la suite. Simple rajout de nouveaux niveaux ou vraies nouveautés ?

Je ne vais pas m’étendre plus que nécessaire sur le base du jeu dont j’avais déjà écrit mes impressions dans ma critique de Rayman Origins, et je vais surtout parler des évolutions et différences avec son prédécesseur.

Toujours plus loin, toujours plus hauuut !

les décors sont de véritables peintures...

les décors sont de véritables peintures…

J’avais du mal à imaginer le cran au-dessus et pourtant le voilà. Les graphismes sont encore plus enchanteurs, peaufinant les détails par des ombres et dégradés plus travaillés encore sans pour autant rompre avec le style cartoon qui caractérise la licence. Les niveaux sont de plus emprunts de thématiques fortes issues des contes et histoires populaires débiles à souhait : fantasy moyenâgeuse, marais aux créatures enchantées, paysages espagnols et ses catcheurs, abysses et base sous-marine à la James Bond, mythologie gréco-romaine et plus encore… Des ambiances qui apportent également beaucoup au style musical. Chaque monde aura ses instruments mis en avant, ce qui apportera encore plus de variations que dans Origins pour une bande originale d’une qualité et d’une puissance incroyable.

Je kiffe les crapauds ! Ce sont mes ennemis préférés ! Quand ils crient, je rigole tout seul XDD

Je kiffe les crapauds ! Ce sont mes ennemis préférés ! Quand ils crient, je rigole tout seul XDD

Le scénario étant toujours clairement montré comme un simple prétexte à l’aventure, je regrette tout de même cette fois-ci que la vague trame narrative soit encore plus floue. On sait juste que les cauchemars ont encore envahi le monde des rêves et on enchaîne les niveaux sans la moindre idée du but que l’on souhaite atteindre et de qui est la menace principale à abattre. Le générique de fin tombe donc de façon assez brutale après le boss du 5ème monde qui n’a absolument rien de particulier par rapport aux autres… On a juste libéré la dernière zone, donc fin, quoi… un peu dommage. Il aurait tout de même pu y avoir une légère montée en puissance d’un être malfaisant qui permette un climax final. Mais hormis cette sensation d’être vraiment resté sur ma fin, tout le reste de l’univers n’est que du bonheur.

Jusqu’aux menus sous forme de tableau qui, s’ils m’ont laissé un peu perplexe au début (j’aime la classique carte du monde^^), se remplissent de multiples détails au fur et à mesure de la progression en faisant un joyeux bordel festif. A noter également l’apparition d’un nouveau personnage féminin au groupe de héros, à savoir la Barbare qui est très drôle et agréable à jouer.

La base sous-marine nous offre quelques scène d'infiltration avec une musique à la James Bond^^

La base sous-marine nous offre quelques scène d’infiltration avec une musique à la James Bond^^

Oh, et il serait criminel de ne pas saluer les références cinématographiques insérées ça et là de façon inattendue et donc géniale. Les hommages à Terminator 2, à James Bond et surtout à Ocean’s Twelve resteront gravées dans ma mémoire.

De la générosité jusqu’au bout.
Je n’ai pas souvenir d’avoir déjà vu des développeurs de jeu aussi généreux dans le contenu de leur création et aussi désireux de proposer le maximum de plaisirs possibles au joueur.

Commençons par les bases. Chacun des 5 mondes est composé de niveaux alternant différents styles. Les niveaux avec Murphy (nous y reviendrons un peu plus bas), les niveaux d’exploration classique, les niveaux à rythme défini (poursuivi par une menace ou autre événements imposant une course effrénée), des phases de shoot’em up, un niveau menacé par le boss, un affrontement contre le boss et un niveau musical. Rayman Origins nous ayant habitué à l’exploration et aux coffres à pattes, on est habitué à collecter tous les Lums et ptizètres bien cachés pour compléter le niveau, et ce même si l’on doit courir non stop pour survivre.

Qui c'est qui veut m'attraper ? Luchadooooor !! XD

Qui c’est qui veut m’attraper ? Luchadooooor !! XD

Mais la phase finale de chaque monde est un petit plaisir en soi. Un niveau nous met dans l’ambiance en étant traqué par le boss et ses sbires, sorte de mise en bouche, avant le combat final. Et une fois le puissant ennemi vaincu, s’ensuit un niveau musical pour s’enfuir du monde en perdition. Et ces passages sont juste excellents !

C’était pourtant assez logique, vu comme les exigences des niveaux coffres à pattes nous obligeaient à suivre un rythme exact pour réussir, mais assister en vrai à cette excellente cohésion entre le rythme de la musique et nos actes est totalement parfait. Surtout quand les musiques sont des reprises de grands titres de tous genres (souvent inattendus !).

le choix des niveaux se fait via une galerie, et il suffit de sauter dans un tableau pour s'y voir emporté !

le choix des niveaux se fait via une galerie, et il suffit de sauter dans un tableau pour s’y voir emporté !

Mais le (petit) point noir reste les niveaux de Murphy dont ma critique est somme toute relative et scindée en deux points de vue. Si vous jouez sur Wii U, c’est de loin la meilleure utilisation du Gamepad tactile de la console (varié et efficace) et cela ne mérite que des éloges ! Mais si vous y jouez comme moi sur PS3 (ou Xbox360), les choses se gâtent un chouilla. En effet, la console n’ayant pas de pad tactile, Murphy est contrôlé par l’IA pour se positionner face aux objets interactifs et prêt à agir à la moindre pression du joueur sur un bouton dédié. Et ça marche plutôt bien quand on avance de façon franche et sans hésitation. Mais lorsque l’on prend le temps de chercher un peu partout pour ne rien rater et que les déplacements sont plus hésitants, Murphy se retrouve parfois un peu perdu et on l’actionne alors qu’il n’était pas face à l’objet souhaité… provoquant notre mort.

Les graphismes ont gagné en profondeur avec des animations sur plusieurs plans de profondeurs

Les graphismes ont gagné en profondeur avec des animations sur plusieurs plans de profondeurs

Cependant, il ne faut rien dramatiser, l’ensemble du concept reste globalement très correct, mais quelques morts agaçantes et le sentiment que le gameplay n’est pas aussi parfait que le reste feront que ces niveaux ne seront clairement pas les plus enviés. Attendez-vous de plus à galérer pas mal dans les quelques niveaux alliant l’utilisation de Murphy et l’obligation de courir, car le timing pour gérer toutes ces actions deviendra assez pointilleux.

Sinon, en plus de ces 5 mondes principaux, Rayman Legends nous met à disposition petit à petit un niveau chrono pour chaque niveau standard. Mais là, il ne s’agit pas juste de refaire le même niveaux sous pression, mais bel et bien d’un nouveau parcours inspiré du niveau et envahi par une autre sorte d’ennemis.

la nuée d'ombres fait franchement peur au début ! O_o"

la nuée de créatures d’ombres fait franchement peur au début ! O_o »

Et alors que la durée de vie était déjà plus qu’honorable, les développeurs nous ont remis une sélection de 40 niveaux issus de Rayman Origins (mais avec les features de gameplay de Rayman Legends) que l’on redécouvre avec plaisir. Et une fois assez de ptizètres collectés, on accède au dernier monde proposant un ultime niveau musical, enchaîné avec une tournée 8 bit ! Comprenez là une reprises des 6 niveaux musicaux avec des graphismes et des sons comme à l’époque de nos NES et Master System. Une tournée très amusante mais vraiment pas facile car, l’image mimant les soucis techniques (bien exagérés ! XD) des vieilles télés cathodiques d’antan, on a des écrans brouillés, des parasites, des colorations d’écran, des pertes de couleurs, des absences de signal et autres hyper pixellisations… autant dire que jouer en fonction du rythme de la musique sera plus important que jamais !

Les niveaux bourrés de pièges ne seront pas tous faciles, loin de là...

Les niveaux bourrés de pièges ne seront pas tous faciles, loin de là…

Voilà pour le corps principal du jeu auquel, il faudra également ajouter une collection de petites créatures façon Pokémon, un mode de jeu hilarant entre amis qui mélange le Kung-fu et le Foot (et s’appelle donc le Kung-foot !) et un système de challenges renouvelés tous les jours pour que les joueurs du monde entier tentent de se dépasser. Et si on pense un instant au fait que la grande majorité des développeurs auraient proposé une bonne partie de ce contenu en DLC payant et que le jeu neuf à sa sortie était proposé à seulement 39,99€, c’est juste un jeu à ne rater sous aucun prétexte qui arrive à proposer une expérience encore plus riche et intense que son prédécesseur.

Rayman Legends

rayman_legend7
Un grand bravo à Michel Ancel et toute son équipe pour avoir renouvelé et rehaussé l’exploit !

Un trailer sur une musique qui n’est pas du tout du jeu, dommage, mais qui montre bien l’ambiance rythmée et variée du soft :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s