[Film] La vie d’Adèle – Chapitre 1 et 2

La-Vie-d-Adele_referenceicone MouuaisAdolescente qui se cherche, Adèle voit ses éventuelles histoires d’amour d’un œil circonspect. Le sentiment de porter un masque avec les garçons, de ne pas être elle-même, de se sentir incomplète et pas heureuse. Jusqu’au jour où son regard croise celui d’une jeune femme aux cheveux bleus, à l’aura mystérieuse et envoûtante, qui va lui faire chavirer le cœur. Débute alors une relation difficile à assumer face à ses amis, ses parents, et la société en général, mais qui va combler le cœur de la jeune fille… mais jusqu’à quel point ?

Le sexe, un peu, beaucoup ?
Abordons directement l’aspect du film qui a fait débat et a créé le buzz, histoire de s’en débarrasser : les scènes de sexe. Montrées du doigt comme trop crues par les bien-pensants ou trop irréalistes pour la communauté lesbienne, je ne suis d’accord ni avec l’un ni avec l’autre, du moins pas totalement.

son aventure avec un garçon est loin d'avoir offert une émotion extraordinaire à Adèle

son aventure avec un garçon est loin d’avoir offert une émotion extraordinaire à Adèle

Le côté cru et explicite tout d’abord, personnellement, ne me choque pas, car cela n’est pas gratuit. Appuyant sur le fait que la relation homosexuelle est bien trop souvent cachée aux yeux du monde pour ne pas choquer ou avoir à se justifier (monde à la con ! >_> »), les plans intimes très explicites permettent une sensation de liberté du plaisir et du partage entre ces deux jeunes femmes. Un aspect de leur vie où elles ne cachent rien et se permettent tout. Et ce sentiment n’aurait pas aussi bien fonctionné avec des scènes trop prudes. La scène de sexe principale avait-elle besoin d’être aussi longue (environ 5mn) pour exprimer cela ? Peut-être pas, en effet… la raccourcir un peu n’aurait sûrement pas été un mal, mais je ne vois pas cette longueur comme un aspect voyeur ou déplacé car cela colle au rythme global du film, qui se construit énormément autour de scènes assez longues. Un peu trop à mon goût, mais nous y reviendrons.

L'entrelacement des corps et la proximité décomplexée des organes sexuels peut surprendre, mais personnellement, je trouve surtout que c'est un peu plus réaliste que la vision habituelle galvaudée du sexe au cinéma

L’entrelacement des corps et la proximité décomplexée des organes sexuels peut surprendre, mais personnellement, je trouve surtout que c’est un peu plus réaliste que la vision habituelle galvaudée du sexe au cinéma

C’est donc peut-être la notion de trop en montrer qui a fait grincer les dents ? Mais si c’est le cas, je tiens à préciser qu’on est tout de même bien loin d’un contenu pornographique. En terme d’organe génital, on entraperçoit rapidement un pénis en érection et le haut d’une vulve, oui… mais tous le reste du film n’est pas plus « vulgaire ». Le malaise vient donc à mon avis du réalisme des mouvements et des interactions des deux jeunes filles.

En effet, contrairement à la majorité des films où les acteurs se frottent langoureusement et très aléatoirement dans un cadrage puritain, les draps cachant pile-poil les parties intimes, la vie d’Adèle y va bien plus franco. Les mains palpent tout le corps, et donc y compris les parties intimes dans des gestes logiques de stimulation, et le sexe oral semble plus vrai que nature, notamment grâce à des mouvements et convulsions de plaisir bien loin d’un va-et-vient éthéré banal et aseptisé. Qu’on ne soit pas fan de cette franchise des corps, je peux comprendre, auquel cas il existe une multitude d’autres films aux scènes qui fleurent bon la guimauve et les violons pour vous satisfaire. Mais un peu de changement dans les clichés du cinéma ne fait jamais de mal, y compris concernant le sexe.

Adèle a un sourire en coin et un regard de chien perdu que j'aime bien

Adèle a un sourire en coin et un regard de chien perdu que j’aime bien

Cependant, vu les images, il y a un autre débat que je peux comprendre et qui concerne la direction des acteurs sur un tournage. Le sexe doit-il être simulé ou interprété pleinement (car prothèse vulvaire ou non, avec une telle intimité, j’appelle ça coucher pour de vrai) ? Où sont les limites pour les réalisateurs comme pour les acteurs ? C’est une question complexe qui à mon sens ne trouve de réponse qu’au cas pas cas. Car dans l’absolu, si un acteur ou une actrice n’a pas de soucis avec le fait de coucher réellement pour une scène, qui sommes-nous pour le lui reprocher ? Les corps des acteurs sont déjà tellement maltraités (amaigrissement à l’extrême ou prise de kilos énormes juste pour un rôle, etc…) de leur propre volonté, que je comprends carrément que des caresses intimes puissent être le cadet de leurs soucis. Tout dépend du point de vue que la personne a sur le sexe. Le problème, c’est qu’en faisant de cette pratique une norme, il y a le risque que les réalisateurs prennent la chose comme acquis et mettent la pression même à ceux ou celles qui ne veulent pas passer ce cap. Mais avec le seul point de vue médiatique bien trop souvent déformé que l’on a, je pense qu’il est impossible de savoir comment s’est réellement passé le tournage et donc de condamner moralement qui que ce soit pour ses actions. Je laisse donc les gens concernés régler ce genre de choses et ne m’en impose aucun préjugé pour voir le film.

Parce qu'en plus Adèle fume ? Mais que font la censure et les gardiens de la moralité ? Que vont devenir nos enfants face à tant de débauche ?

Parce qu’en plus Adèle fume ? Mais que font la censure et les gardiens de la moralité ? Que vont devenir nos enfants face à tant de débauche ?

Et enfin, il y a l’aspect irréaliste reproché par la communauté lesbienne sur lequel je m’interroge. Ce n’est pas un avis tranché, je ne prétends pas pouvoir juger la chose assez efficacement n’étant pas personnellement lesbienne, mais je serais curieux de savoir précisément ce qui ne fait pas réaliste. Parce que mon premier réflexe est avant tout de n’y voir pas plus d’irréalisme que dans toute scène sexuelle hétéro. De la même façon que les scène d’amour hétéro au cinéma ne montrent que très rarement les enfilages de préservatifs, la gestion pas vraiment glamour de la semence, et autres joyeusetés propres au réel, les scènes de la vie d’Adèle ont évidemment des aspects romancés et stylisés. Mais a-t-on réellement envie que le réalisme aille si loin ? Si je suis content que des films osent un peu plus de sexe explicite et naturel comme c’est le cas ici, je ne suis pas forcément demandeur qu’il nous offre par exemple les bruitages réalistes et souvent ridicules propres au coït.

les discussions entre les deux jeunes filles sont très crédibles et intéressantes

les discussions entre les deux jeunes filles sont très crédibles et intéressantes

Par contre, si la communauté lesbienne réagissait plus par rapport à la variété surprenante du premier rapport sexuel entre filles, je suis déjà plus d’accord, dans le sens où la multitude de positions ou des petits détails comme les claques sur les fesses m’ont également surpris car c’est plus une expérience et une variété que l’on se permet avec le temps et non au premier rendez-vous. Il est donc facile d’y voir la simple visualisation des fantasmes du réalisateur (ce qui au passage n’est pas choquant à mes yeux, vu que le principe même de créer une oeuvre se base sur la réalisation de ce qui nous plait et donc de nos fantasmes, l’important est que ce fantasme serve l’histoire, ce qui me semble être le cas…).

Et comme Emma est censée être bien plus expérimentée et que chaque couple vit de toute façon ses expériences sexuelles différemment, je me dis qu’après tout, ça n’est peut-être pas si absurde que ça… en tout cas, je laisse le doute à la vision du réalisateur , et je me dis qu’une rapide liberté de mœurs dans une relation peut tout autant concerner un couple hétéro qu’un couple homo, donc pas vraiment de raison de trouver que le réalisateur n’a pas été assez bien conseillé sur le sexe lesbien à mon sens.

Dans tous les cas, le sexe ne représentant qu’une petite partie du film (concentrée, certes, mais c’est pas nouveau que la vie sexuelle est plutôt concentrée au début d’une relation), il n’y avait sans surprise aucune raison de faire un buzz pareil, et ce dernier n’aurait sûrement même pas existé si le couple du film avait été hétéro. Un énième rappel que la société a encore du mal à accepter l’homosexualité affichée, mais bon…

Beaucoup de plans jouent avec les rayons de soleil...

Beaucoup de plans jouent avec les rayons de soleil…

Un film un peu longuet
J’ai globalement apprécié le film, mais y ai trouvé tout de même pas mal de défauts, avec en premier la longueur. 2H57 ? Mais c’est largement trop long pour une histoire comme ça… Je peux comprendre que le réalisateur aime les scènes longues et que le scénario ait pour but de narrer une relation s’étalant sur plusieurs années, mais même, ça reste beaucoup trop long. Surtout qu’à l’inverse, il y a des aspects carrément sautés de cette relation qui manquent cruellement.

Je pense notamment au coming-out d’Adèle face à ses amis, ou à ses parents qui est tout simplement inexistant. Alors même que le thème était lancé avec les premiers doutes et rejets de son groupe d’amis. On veut donc logiquement savoir comment Adèle va agir face à son entourage après avoir elle-même accepté son homosexualité.

un coup de foudre le temps d'un regard et c'est le début d'une obsession jusque dans les rêves d'Adèle (un rêve très bien mis en scène d'ailleurs)

un coup de foudre le temps d’un regard et c’est le début d’une obsession jusque dans les rêves d’Adèle (un rêve très bien mis en scène d’ailleurs)

Et non, c’est comme si les scènes avaient été coupé au montage, nous privant ainsi d’une continuité et d’une homogénéité naturelle. Alors qu’on était parfaitement plongé dans les enjeux de sa nouvelle situation amoureuse, le réalisateur choisit d’enchaîner les élipses sautant directement à la vie en couple dans le même appartement à différentes temporalités. Et dès lors, j’ai un peu décroché, car chaque début d’engouement se voyait coupé l’herbe sous le pied par un nouveau saut dans le temps.

Cela ne m’a pas empêché pour autant de savourer le mise en scène qui enchaîne brillamment des cadrages très intéressants et un montage rythmant intelligemment l’ensemble. Mais également le jeu des deux actrices qui touche réellement le spectateur. Les émotions et les errements d’Adèle sont palpables et intenses et son regard perdu très complexe, et la troublante Emma intrigue par son regard autant que par sa personnalité.

Le contraste volontaire entre le foyer d'Emma où l'homosexualité est révélée et le foyer d'Adèle où le sujet est caché est tristement réaliste et comique à la fois

Le contraste volontaire entre le foyer d’Emma où l’homosexualité est révélée et le foyer d’Adèle où le sujet est caché est tristement réaliste et comique à la fois

La musique est très oubliable mais propose quelques thèmes sympathiques et la photographie oppose habilement les tons bleus et orangés, teintés d’éblouissement en jouant avec les rayons du soleil.

La vie d’Adèle est donc globalement un film agréable, offrant un point de vue touchant sur une histoire d’amour difficile dont les élipses scénaristiques et quelques longueurs sont les réels défauts, et non pas les scènes de sexe qui, au contraire, offrent pour une fois une vision qui sort des sentiers battus. Je reste néanmoins dubitatif face à la fin du film étrangement ouverte qui rappelle que le titre du film se voit affublé d’un « chapitre 1 et 2 », et fait se demander si une suite est prévue et surtout si elle serait bénéfique à une histoire traînant déjà trop en longueur. Qui vivra verra.

VIDEO-La-Vie-d-Adele-Adele-Exarchopoulos-en-route-pour-les-Oscars_reference

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Film

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s