[Jeu] Lolipop Chainsaw

Lollipop-Chainsaw_2011_12-14-11_001-890x1024.
icone MouuaisSuda 51 est un développeur connu pour créer des univers de jeu vidéo complètement barrés au design plein de caractère. N’ayant que regardé de loin quelques vidéos du célèbre No more heroes sur Wii, je découvre donc sans attente ni à priori Lolipop Chainsaw, une histoire de zombie et de cheerleader.
.

T’es guedin dans ta têteuuuu…
C’est l’anniversaire de Juliet, la belle Pom-Pom Girl du lycée et elle s’en va gaiement retrouver son petit ami Nick par un beau matin ensoleillé. Mais au lycée, tout va mal ! Une horde de zombies a envahi le campus, mais pas de panique, car Juliet s’avère faire partie d’une famille de chasseur de zombies, et aidée de sa tronçonneuse fétiche, elle s’affaire à une série de décapitations en règle.

Par le pouvoir de la constellation de la tronçonneuse ! XD

Par le pouvoir de la constellation de la tronçonneuse ! 😄

Mais une fois à son point de rendez-vous, elle constate que Nick s’est déjà fait mordre et elle n’aura d’autre choix pour le sauver que de le décapiter et de maintenir sa tête non contaminée en vie par un rituel magique. Le duo va ainsi devoir affronter le dépressif gothique responsable de l’ouverture d’un portail démoniaque qui a permis l’invasion de zombies.

Ça, si c’est pas un concept WTF, je sais pas ce que c’est ! Et le n’importe quoi se renouvelle sans cesse dans les situations et les personnages. La famille de Juliet totalement excentrique et folle à lier, les zombies aux paroles débiles à souhait, les boss hyper drôles (un hard rockeur prétentieux, une hippie droguée, un viking qui fait des percussions, ou encore un black afro aux peintures squelettes) ou encore le fait de se battre avec une tronçonneuse rose à cœur, de planter la tête de son petit ami sur le corps de zombies décapités et de l’encourager par une danse, etc…

Le visuel chargé en couleurs en tout genre crée clairement une forte identité au jeu

Le visuel chargé en couleurs en tout genre crée clairement une forte identité au jeu

les exemples sont nombreux et entretiennent clairement l’intérêt principal du jeu. Le tout étant servi par un visuel magnifiquement coloré à coup de cœurs, de paillettes, et autres arc-en-ciel, dans une esthétique tramée façon comics.

Une patte artistique certaine qui ne peut pourtant cacher totalement la faiblesse technique du titre. Les environnements sont très statiques, les sprites plutôt simples et peu nombreux, et les animations assez raides. La musique est plutôt quelconque également, mais les voix de très bonne facture rattrapent l’ensemble.

Dégaine ta tronçonneuse !

Les aperçus de petite culotte et l'humour sexy est assez tourné en dérision pour ne pas être lourdingue ou déplacé.

Décapiter des zombies avec panache en tenue de chearleeder, c’est fun ! hu hu hu…

Le gameplay est simple et accessible, et révèle quelques petites subtilités au fur et à mesure du jeu, mais ne suffit pas non plus à cacher les limites évidentes de ce dernier et surtout un aspect assez aléatoire et mal géré. Quelques combos basiques enchaînant les coups de pompon pour affaiblir et les coups lents de tronçonneuse pour achever, mais aussi un coup vers le bas aussi inutile que peu pratique. Les armes obtenues au fur et à mesure sont assez superflues aussi puisque reliées pour la plupart à l’obligation d’utiliser un ticket de tombola à la finalité dure à gérer. Leur utilisation relèvera plus d’une volonté de les essayer histoire de que d’un réel intérêt dans le gameplay.

Décapiter des zombies avec panache en tenue de chearleeder, qu'est-ce que c'est fun ! hu hu hu !

Les aperçus de petite culotte et l’humour sexy est assez tourné en dérision pour ne pas être lourdingue ou déplacé.

Les situations sont également vite répétitives, la faute à un level design très moyen, voire carrément pourri. L’avancée se résume vite à une simple succession de zones de combats séparées très artificiellement, et ne recelant jamais vraiment de surprises. On notera bien quelques tentatives louables de varier, comme les passages de jeux rétro, mais les concepts ne sont clairement pas assez élaborés et intelligents pour que la sauce prenne vraiment. Heureusement que l’aspect WTF et l’humour omniprésent font passer la pillule en rythmant l’ensemble, parce que sinon, le jeu serait clairement assez mauvais. Les phases de boss sont également assez ennuyeuses, et ne relevant jamais un challenge quasi inexistant durant tout le jeu.

L’ensemble de ces qualités et défauts en font un jeu moyen à potentiel sympathique, assez défoulant et qui fait rire à de nombreuses reprises… un de ces jeux moyens devenus bien rares, entre la production triple A et le jeu indépendant, qui nécessite un prix de vente normal, mais fait un peu pâle figure face aux blockbusters qui côtoient les rayons. Un jeu à faire en occasion, pas cher et pour passer le temps.

lolipop chainsaw

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s