[Jeu] Infamous : Second Son

infamous-second-son-listing-thumb-03-ps4-usicone yeaahInfamous 1 et 2, c’était une histoire qui se voulait forte, grande, épique. Infamous 1 et 2, c’était un essai pas tout à fait transformé par manque de charisme, mais auquel on pouvait attribuer un grand nombre de qualités. Infamous 1 et 2, c’était un adulte qui a pris le temps de cultiver son expérience pour se présenter sous ses meilleurs atours.
Une console plus tard et voici Infamous Second Son. Et Second Son, c’est un ado. Avec des défauts, certes, mais avec une spontanéité que ses prédécesseurs n’avaient pas.

Les héros n'ont jamais le vertige...

Les héros n’ont jamais le vertige…

7 ans après le cataclysme créé par le passage de la bête sur New Marais, les gènes se réveillent et les Porteurs de pouvoir fleurissent un peu partout. Mais difficile pourtant d’en croiser un dans les rues, car le DUP, une faction militaire spéciale, a la mission de capturer tout individu révélant des pouvoirs pour les confiner dans une prison gérée par la sadique Augustine, une femme froide possédant des pouvoirs de béton. Elle est la seule Porteuse officielle, accréditée par le gouvernement pour chasser ses congénères. Mais lors d’un transfert de prisonniers qui tourne mal, le jeune Delsin Rowe va être en contact avec un des prisonniers et découvrir son propre pouvoir : celui d’absorber celui des autres. Désormais investi du contrôle de la fumée et des cendres, il va partir affronter Augustine à Seattle pour lui voler son pouvoir et tenter de libérer sa famille du béton.

Les forces du DUP sont de vrais emmerdeurs... fuck le système à coup de fumée !

Les forces du DUP sont de vrais emmerdeurs… fuck le système à coup de fumée !

Le scénario est basique. Pas de rebondissement (en tout cas aucun qu’on ne voit pas venir à des kilomètres), pas de menace à l’échelle nationale ou planétaire, non, une bonne vieille vengeance couplée à une mission de sauvetage suffira à motiver notre héros. Et c’est bien suffisant car comme je le disais, Delsin est un ado. Pas idiot, loin de là, mais fougueux, impulsif et n’intellectualisant absolument pas les événements. Face à la menace, il va agir à son niveau, pour sa personne et ses proches, pas au nom de la Justice avec un grand J.
Et si cela ne dirige pas l’histoire vers un aspect épique, ça n’en est pas moins plaisant, en fait. Parce que le monde adulte plein de responsabilités, c’est parfois un peu lourd, alors retourner un peu à l’adolescence a ce quelque chose de libérateur. Et c’est dans cet esprit que tout le jeu est articulé.
Second Son est un jeu ado, presque Grunge, sur lequel on va tripper un moment avec un fond de Nirvana nostalgique dans la tête, en taggant les murs d’un geste rebelle. Et avec cet état d’esprit, tout devient excellent !

un petit vol en toute discrétion, façon Jet...

un petit vol en toute discrétion, façon Jet…

La découverte de ces pouvoirs de fumée qui peuvent souffler les adversaires, nous faire planer dans les airs ou même traverser des canalisations pour arriver en haut des immeubles est jouissif. Et sentir le personnage s’éclater à coup de « Wouhouuuuuu » en se propulsant dans les airs, c’est le pied ! La rencontre avec Fetch et Eugène qui a tout des balbutiements maladroits d’une cour de lycée, avec ses frustrations mais aussi sa libido titillée par l’adrénaline. Ou encore la relation très drôle entre Delsin et son grand frère aussi protecteur que grincheux, qui va forcément vous parler si vous êtes le cadet d’une famille. Et ne parlons pas des attaques spéciales dévastatrices qui balayent l’écran d’effets pyrotechniques splendides !

infamous1Évidemment, les interactions entre les personnages vont être différents selon que vous choisissez le Bien ou le Mal comme axe de conduite. Et même si les conséquences de ces choix ne changent pas assez la trame principale (Infamous 2 était bien plus réussi de ce point de vu là), les quelques situations différentes sont agréables et fonctionnent assez bien au cas par cas.
La ville de Seattle est également un bien beau bac à sable. Sans être un exploit technique, le jeu se fend d’une belle identité artistique grâce à des paysages baignant dans le coucher de soleil, par exemple.

la Fumée contre le Béton... c'est la DDE qui va avoir du boulot pour ranger tout ce bordel !

la Fumée contre le Béton… c’est la DDE qui va avoir du boulot pour ranger tout ce bordel !

De plus, la ville a eu l’intelligence de ne pas jouer la surenchère de taille, comme c’est la mode, et reste de taille moyenne, tant est que la parcourir se fait très rapidement, surtout une fois les autres pouvoirs débloqués. Du coup, les missions secondaires et fragments à récolter ne paraissent que peu répétitives car exempts d’aller-retours fastidieux.

Et c’est donc par cette simplicité d’accès dans le gameplay, dans les pouvoirs et dans l’environnement que  le jeu va offrir ses meilleures sensations. Branchez la sono, faites vibrer les cordes de vos guitares, et offrez-vous de bons moments de jeu. De jeu simple, mais bougrement efficace !

image_infamous_second_son-22743-2661_0013

Un trailer de gameplay sur fond de Nirvana :

Un trailer d’ambiance :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s