Archives de Tag: Action/plate-forme

[Jeu] Xeodrifter

xeodrifter_eshopicone yeaahAlors que l’on voyageait tranquillement à travers l’espace dans son petit vaisseau, un astéroide frappe l’engin et abîme le cœur du réacteur rendant impossible le trajet sur longue distance. Heureusement, un scan rapide des planètes environnantes semble faire apparaitre les ressources nécessaires au changement du cœur.

la capacité d'accélérer permet de courir sur l'eau... et aussi de fuir plus vite ce gros machin !

la capacité d’accélérer permet de courir sur l’eau… et aussi de fuir plus vite ce gros machin !

Et nous voilà donc avec notre petit cosmonaute, motivé par quelques lignes de texte dans l’intro, qui part à l’aventure en choisissant une des quatre planètes au hasard. Mais quelques minutes suffisent à comprendre que les culs-de-sac parsemés ça et là sont régis par des codes de gameplay, car c’est bien face à un bon vieux MetroïdVania que l’on se trouve. Les chemins se créent donc naturellement, guidés par un level design efficace et lisible. Quelques ennemis, un boss, et hop, une compétence acquise nous permettant de passer un obstacle qui nous gênait. Et ainsi de suite… Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Shank 2

Shank2Headericone MouuaisShank 1er du nom était une série B menée avec brio, usant avec grande finesse des codes du genre pour sublimer l’ensemble façon Tarantino et Rodriguez. Shank 2 est un téléfilm de seconde partie de soirée sur le câble… comme quoi tout est affaire de dosage.

Les mouvements et animations des personnages sont toujours très classes !

Les mouvements et animations des personnages sont toujours très classes !

Question gameplay, je ne m’étendrai pas sur le sujet, puisque c’est une copie parfaite du précédent opus. Pas la moindre nouveauté à l’horizon, je vous laisse donc relire mon article sur Shank pour plus de détails. Le gameplay est donc une base solide de beat’em all bourrin, un poil répétitif, mais cool.

Mais ce qui faisait que Shank marchait, c’était avant tout l’ambiance ! Avec son cliché de vengeance contre une bande organisée de tueurs, chaque avancée dans les univers des personnages évoquaient des chapitres de Kill Bill, entre polar et western, et les combats contre les boss étaient des points culminants magnifiques. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Ori and the blind forest

Ori-and-the-Blind-Foresticone MouuaisLes ténèbres arrivent, la forêt se meurt, l’ombre noire d’un hibou en colère plane, et la créature qui veille depuis toujours sur Ori est morte. Mais en ce jour sombre, une petite lumière vient chercher de l’aide pour rétablir l’équilibre de la forêt, et Ori va tout faire pour l’aider.

C’est boooooooooo… ben oui, c’est quand même ça qui marque dès le début et c’est ça qui a fait parler du jeu à son annonce. La patte artistique est splendide et la technique suit parfaitement ; jouant avec les couleurs, les textures et les effets de lumière avec un résultat qui surpasse largement un Rayman Legend, ce qui n’est pas rien.

le visuel est un mélange entre Disney et Miyazaki du plus bel effet^^

le visuel est un mélange entre Disney et Miyazaki du plus bel effet^^

Le background est mignon tout en restant simple, et il permet de placer quelques cinématiques très touchantes mettant en valeur les créatures au style Miyazaki. La musique est également de très bonne facture

Côté gameplay, nous avons là un metroïdvania pur souche qui n’apporte aucune nouveauté au genre mais en utilise très bien les ficelles. Un monde ouvert aux zones inaccessibles tant qu’on n’a pas débloqué le pouvoir nécessaire à la suite de l’aventure. L’exploration est donc plaisante dans ce décor enchanteur, et la progression s’enchaine naturellement. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Guacamelee

guacicone yeaahJuan, modeste cultivateur d’agaves dans le village perdu de Pueblucho, est amoureux de la fille d’El Presidente. Et il n’écoutera que son cœur le jour où le diabolique Calaca, être mystérieux issu du Royaume des Morts, enlèvera la belle. Juan se dresse devant le gredin… et se fait tuer en quelques secondes… Eh oui, tout le monde n’est pas un héros. C’est pourtant ce potentiel que va lui offrir une femme étrange et masquée dans le Royaume des Morts : la possibilité de renaître sous les traits du Luchador, catcheur héroïque qui apparaît quand le Mal menace. Il est temps d’aller au secours de la belle et de combattre la vermine du Royaume des Morts.

les décors et personnages sont tout bonnement magnifiques

les décors et personnages sont tout bonnement magnifiques !

Des couleurs plein les yeux
C’est évidemment la première chose qui marque quand on commence le jeu. Le parti pris graphique est très osé, et pousse les contrastes à leur maximum avec un bon goût évident. En ressort un tableau ultra-coloré très agréable à parcourir et reflétant très bien l’ambiance ensoleillée à la Mexicaine. Les musiques mariachi avec un peu d’électro en second plan fonctionnent également très bien. Elles sont assez variées, et très motivantes. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Blog] Jak and Daxter : the Precursor Legacy

JakAndDaxterCoverBien avant la trilogie culte de la PS3 incarnée par Nathan Drake et l’aventure épique d’Ellie et Joel, Naughty Dog a posé les bases de sa célébrité dès la Psone avec la licence Crash Bandicoot. Mais n’y ayant qu’à peine joué, je les ai surtout découvert à leur arrivée sur PS2 avec la trilogie des Jak and Daxter. Une œuvre majeure de la console de l’époque, une marque de qualité encore de nos jours.

Une belle histoire
En effet, à l’époque de la PS1, les jeux de plat-forme commençaient à peine à passer le cap de la 3D et, tout affairés à résoudre les écueils techniques, rares furent les développeurs à prendre le temps de créer également un univers construit et une histoire intéressante. Il fallut attendre la PS2 pour qu’arrive une nouvelle vague de jeu de plate-forme 3D, level-upant la qualité du genre. Jak and Daxter : the Precursor Legacy fut un fer de lance encore incertain et parfois maladroit, mais laissant présager un avenir radieux pour le genre.

Dans un monde régi par les Eco, des magies naturelles environnementales, l’équilibre permet une union entre les éléments et la vie en général. Et les 4 sages sont là pour veiller au grain. Jusqu’au jour où deux personnages mystérieux, Gol et Maya, s’aventurent à faire resurgir dans notre monde l’Eco Noire, une force mystérieuse maléfique qui leur donnerait un pouvoir immense. Les sages affaiblis doivent par la force des choses faire reposer le sort du monde sur les épaules de Jak et de son ami Daxter, transformé en petite bête poilue (et donc en sidekick rigolo) après être tombé dans une mare d’Eco Noire. Une bataille qui va nous révéler les secrets d’une ancienne civilisation basée sur l’Eco, les Précursors.

le sage vert, vieux rabat-joie, nous dirige dans nos quêtes...

le sage vert, vieux rabat-joie, nous dirige dans nos quêtes…

Un scénario simple mais assez efficace pour faire vivre l’univers qui nous est présenté, nous entraînant dans un voyage trépidant et émerveillant. Je regrette juste que les méchants ne soient absolument pas développés. On sent pourtant que leur passé existe et semble intéressant, mais Naughty Dog les abandonne à leur rôle de méchant diabolique qui ricane et c’est bien dommage.

On sent également que les limites techniques (et de budget) de l’époque freinent un peu la créativité des développeurs qui limitent un peu trop le nombre de PNJ, laissant un arrière-goût de vide un peu dommage, mais rien de bien choquant à l’époque. Tout comme le choix de ne pas donner de voix au héros, ce qui était monnaie courante dans les années 2000, mais qui empêche une empathie totale envers Jak. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo