Archives de Tag: Phil Fish

[Film] Indie Game the Movie

indie-game-the-movie-postericone Woooh !!Le reportage suit la création de 3 jeux vidéo indépendants qui ont marqué leur époque : Braid, Super Meat Boy et Fez. Mais loin d’être un making of, on n’apprend rien de particulier sur le processus de création, ou sur les galères informatiques. Non, ce reportage nous fait vivre les sentiments des créateurs. Les doutes sur leur travail, la peur de l’échec, la peur de ne pas être compris ou apprécié, l’angoisse de miser une partie de leur vie sur un seul jeu, la dépression d’avoir renoncé à tant de choses pour leur passion, et la libération quand leur titre devient un succès.

Le reportage propose des cadrages extrêmement cinématographiques comme cet hommage à Shining. Les images sont réellement superbes.

Le reportage propose des cadrages extrêmement cinématographiques comme cet hommage à Shining. Les images sont réellement superbes et les transitions entre chaque scène très réussies.

Ce film, c’est 1h45 d’émotions brutes, palpables qui submergent le spectateur. Impossible de rester insensible face à ces images d’hommes qui prennent leurs rêves en main et se battent pour les concrétiser. Loin d’être filmés comme des héros, ils sont très réels et les problèmes qu’ils affrontent en sont d’autant plus palpables.
La narration peut sembler un peu décousue au début du reportage et on a du mal à se situer dans le temps, mais rapidement, le rythme se trouve et les créateurs des trois jeux s’entremêlent pour ne jamais nous laisser ressortir de cette ambiance immersive. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Film

[Jeu] Fez

Fez_PC_Jaquette_001Étendard des éditeurs indépendants, Fez fait sans nulle doute partie des titres choc qui ont beaucoup pesé dans la balance quand à l’expansion récente des jeux indé. Un jeu unique, original et old school à la fois, symbole d’un voyage qui reste dans les mémoires. Je m’y suis donc aventuré.

La découverte d’une autre dimension
Fez nous fait incarner Gomez, un petit être blanc dans un monde en 2D pixelisé, façon vieux jeu vidéo. Alors que notre petit personnage n’a jamais franchi les limites de son village, voilà qu’un cube magique se matérialise et lui offre un couvre-chef (le Fez) et par là-même un pouvoir unique, celui de pouvoir appréhender la troisième dimension. Dès lors, on pourra faire pivoter le monde de 45 degrés sur sa base, nous faisant donc évoluer sur une autre face de l’univers.

Un concept qui nous offre la beauté d’un graphisme en pixel art à la complexité d’un monde en profondeur.

le jeu se paie le luxe d'afficher des cycles jours / nuits aux transitions splendides...

le jeu se paie le luxe d’afficher des cycles jours / nuits aux transitions splendides…

Une dualité graphique qui se traduit parfaitement à l’écran et nous émerveille plus d’une fois. Accompagné par une musique enchanteresse, on est porté de portail dimensionnel en porte étrange d’un niveau à un autre, chacun brillant d’une unité graphique différente. Beau temps, ciel orageux, brumeux, pluvieux, ou encore style graphique façon Gameboy, ou autres teintes dominantes étranges. Les styles visuels se succèdent sans cesse pour le grand plaisir des yeux.

Le titre joue également avec les codes du jeu vidéo, en traduisant l’instabilité d’un monde par des bugs graphiques plus ou moins importants, obstacles supplémentaires à notre voyage incertain. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo