Archives de Tag: PS3

[Retrospective] 8 ans de PS3, les jeux mémorables

24443-playstation3-s-Des soirées inoubliables, des moments intenses, mais après 8 ans de vie commune, il fallait bien que ça nous arrive… ça aurait pu être la lassitude, mais tu as su m’émerveiller jusqu’aux dernières années. Non, c’est bel et bien l’arrivée d’une petite jeunette, flattant mes yeux d’images exquises et faisant vibrer en moi l’attente de lendemains passionnés. Je l’avoue, j’ai accepté de me laisser emporter par l’aventure, mais sache que pour toujours, tu laisseras dans mon cœur une empreinte inaltérable, une place particulière, peut-être mon plus beau souvenir.

Eh oui, le temps passe, et les consoles se succèdent. Pas spécialement collectionneur et surtout sans gros budget, je me suis pourtant fait plaisir sur pas mal de consoles différentes depuis mes débuts de petit gamer. Outre quelques jeux intégrés sur une vieille console de style pong, c’est sur Atari ST que j’ai découvert le jeu vidéo. A grand renfort de changement de disquettes, et de démos offertes dans les magazines, j’ai passé mes premières nuits blanches devant mon écran.

jamies 037Puis est venue la NES, et ces premiers grands classiques. Mario, Zelda et tout l’univers Nintendo en général que l’on se prêtait avec les copains. Mais le plaisir de jouer grandissait et il m’a alors fallu emmener mon loisir préféré dans mes déplacements, grâce à la Game Boy. J’ai fait décoller la fusée de Tetris un nombre incalculable de fois, et exploré à n’en plus finir l’île du Poisson-Rêve. Mais la console de mon enfance restera surtout la Super Nes. Pas tant de jeux que ça finalement, contrairement à ce que mon souvenir semblait me dire. Mais des jeux tellement faits et refaits que ces moments m’ont marqué. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Max Payne 3

1362659262-00Dicone yeaahans la vie d’un gamer de mon âge, il y a des jeux clés. Des jeux qui ont marqué toute une époque parce qu’ils inventaient un nouveau gameplay, parce qu’ils créaient une expérience nouvelle. Max payne fut l’un d’eux. A une époque où les FPS commençaient à s’installer comme meilleurs représentants des sensations de tir, Max Payne, avec un petit budget mais une idée révolutionnaire, a popularisé le bullet time. Une feature qui va faire un buzz immense dans les cours d’école ! On pouvait enfin faire comme dans Matrix ! Plonger au ralenti tout en vidant ses chargeurs ! La classe intégrale ! A tel point que depuis, les jeux intégrant ce gameplay sont légion, à commencer par Max Payne 2 qui reprendra la même recette en y mettant cette fois-ci de bons moyens.

ce bon vieux max dans les rues de New York... ça faisait longtemps.^^

ce bon vieux max dans les rues de New York… ça faisait longtemps.^^

Quand on a su que Rockstar allait faire renaître la licence 15 ans plus tard, l’attente fut palpable. L’univers sombre, mature, aux thématiques lourdes rentrait parfaitement dans les habitudes des développeurs. Et non content de reprendre la licence, ils se la sont appropriés.

Max se noie dans l’alcool, écumant les bars crasseux de New York pour oublier la mort de sa femme, les choses qu’il a dû faire, la corruption et le vice dans ce monde qui l’entoure. Et se mettant à dos la mafia locale, il accepte bon gré mal gré d’assurer la protection d’une famille riche à Sao Polo, histoire de prendre le large. Un boulot où il pourrait picoler en paix et sous le soleil. Mauvaise pioche car ladite famille va se retrouver au centre d’un sacré bordel. Police corrompue, complot politique, guerilla urbaine, mercenaires, trahisons, prises d’otage… le réveil est brutal quand on sent à nouveau que des vies dépendent de nous. Il est temps de laisser tomber le whisky et d’empoigner les armes. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] L.A. Noire

coverLicone yeaahos Angeles, fin des années 40. Une ville aussi florissante en apparence qu’elle est pourrie de l’intérieur. Pendant que les jolies paysannes montent dans la grande ville avec l’espoir onirique de briller de milles feux sous les projecteurs, les gangs de rues se frottent les mains. Tous ces jeunes gens perdus, tous ces ex-soldats ayant frôlé la mort durant la grande guerre, quel meilleur contexte pour distribuer drogue et armes dans les rues. Al Capone a eu son heure de gloire à Chicago, c’est désormais au tour de L.A. de se gangrener, du petit tripot du coin jusqu’à la police et au gouvernement.
Cole Phelps, médaillé de guerre, commence sa vie de policier en arpentant le bitume. Mais bien vite, son intelligence, sa droiture et son sens de la justice vont lui permettre de remonter de nombreuses filières, lui valant les feux de la rampe, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Ambiance noire pour polar noir...

Ambiance noire pour polar noir…

L.A. Confidential, évidemment, mais aussi tous les films du genre polar noir comme les Incorruptibles, voilà l’ambiance sublime qui émane du jeu. Parmi la fumée des cigarettes et l’excellentissime musique jazzy, on ne peut que s’immerger très rapidement dans le jeu. Les moments calmes se savourent, les instants de tension nous tiennent en haleine, et les scènes d’action menées à la dure, façon police brutale sont prenantes. Rien à dire, l’ambiance fonctionne parfaitement.

Et c’est bercé par cette ambiance qu’un scénario va se dessiner au fil de la montée en grade du héros, ou de ses changements de brigade. Un scénario piochant allègrement dans les classiques du cinéma, ce qui le rend certes assez prévisible pour la majeure partie, mais de qualité, notamment en abordant des thématiques fortes comme l’insertion sociale des anciens soldats et leurs traumatismes de guerre. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Resident Evil 6

ResidentEvil6_360_Jaquette_001icone beurghResident Evil… voilà une licence qui pourrait presque jouer les challengers avec Call of Duty tant elle est à la fois adulée et détestée. La première moitié aime tuer du zombie, retrouver ses personnages fétiches et ses scènes cultes, et l’autre moitié dénigre toute l’orientation action qu’à prise la série depuis le second opus… Et si Resident Evil 4 avait globalement emballé les foules, ce n’était pas vraiment le cas du 5 à cause en grande partie d’une jouabilité aberrante dans les gunfights. Mais malgré cette erreur, j’ai plutôt apprécié ce volet. C’est donc sans trop de crainte que j’ai lancé ce Resident Evil 6 qui fût descendu par la critique, en me disant qu’après tout, bah, ils disent ça à chaque fois… ha ha… naïf que je suis !

image choc du face à face entre les deux figures emblématiques masculines de la série !

image choc du face à face entre les deux figures emblématiques masculines de la série !

5 minutes… c’est grosso modo le temps qu’il m’a fallu pour abandonner tout espoir face à cette chose innommable à laquelle je tentais tant bien que mal de jouer. Impossible d’être exhaustif, et dur d’être tout simplement constructif devant cette avalanche de soucis, je vais donc vous rendre ça un peu pêle-mêle. Le jeu se divisant en 4 histoires qui s’entrecroisent, j’ai décidé de commencer avec Léon, un personnage que j’avais adoré dans RE2 et RE4 !

Situons un peu la chose avant tout. Dans les jeux comme dans les films, il y a du bon et du mauvais, mais le cinéma a inventé une curiosité : le nanard ! Un film assez volontairement mauvais pour être parodique et donc drôle. Désormais le jeu vidéo a son nanard. Pourquoi ? Rah je sais pas par où commencer… Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Sly Cooper : Voleurs à travers le temps

sly-cooper-voleurs-a-travers-le-temps-jaquette-ME3050095960_2icone MouuaisSly Racoon est une licence qui sonne comme culte à mes oreilles depuis que j’ai découvert le premier opus sur PS2. Et pourtant, j’ai été plutôt déçu en jouant au second volet en HD sur PS3 car je trouvais que l’ensemble se perdait dans une mollesse générale, et un manque de fun pur, malgré les nombreuses nouveautés et qualités. Si bien que je n’ai jamais fait le 3 qui semblait très similaire au 2. Mais quand j’ai vu l’annonce d’un quatrième volet par un nouveau studio axé sur les voyages dans le temps et l’incarnation des ancêtres de Sly, je me suis dit que ça pouvait bousculer un peu le genre et être divertissant… et je me suis à nouveau ennuyé.

les cinématiques sont toujours aussi belles et bien rythmées^^

les cinématiques sont toujours aussi belles et bien rythmées^^

Passons vite fait sur le scénario qui balance Sly et son gang à travers le temps pour enquêter sur des phénomènes étranges liés comme toujours au Clan Cooper. L’occasion de se retrouver dans la préhistoire, au Far West, en plein mille et une nuits, ou encore au temps des chevaliers. Et rencontrer nos ancêtres, et pouvoir ensuite les incarner apporte un peu d’air frais et des moments très sympathiques. Mais la mayonnaise n’a pas pris pour moi. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Brothers : a tale of two sons

Brothers_A_Tale_of_Two_Sonsicone Woooh !!Deux frères partent à l’aventure par-delà le pays pour trouver un remède contre la maladie de leur père. C’est ce simple synopsis qui sera la base d’une épopée magnifique comme un conte pour enfants. Une aventure pleine de sourires, d’émerveillement, mais aussi de drames et d’obstacles à surmonter.

Un conte peut en cacher un autre

des bancs parsèment l'épopée et ont pour simple but de s'asseoir un instant pour contempler le paysage...

des bancs parsèment l’épopée et ont pour simple but de s’asseoir un instant pour contempler le paysage…

Les personnages s’exprimant dans une langue imaginaire incompréhensible, le joueur est donc amené à comprendre par la gestuelle et les intonations. Mais c’est une ambiance qui se crée, une atmosphère qui renforce le côté enfantin de l’histoire. Pas besoin de grandes tirades, ou de mots compliqués, la magie passe par les actes, les événements, les points de vue… Comme un livre d’images qui fait rêver.

Rencontrer un troll dans sa forêt, visiter la maison d’un géant, gravir une montagne à dos de chèvre, voler sur le dos d’une chouette étrange… tellement de moments qui se dégustent comme des sucreries et restent dans la tête comme un souvenir à l’odeur gourmande. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Tomb Raider

PS2CoverSheet108icone Woooh !!Lassé comme beaucoup de gens par une licence Tomb raider poussiéreuse qui s’enlisait depuis longtemps dans une mythologie poussée bien trop loin et des personnages fadasses, je n’avais que moyennement apprécié un Tomb Raider Underworld pourtant correct. Un reboot fut donc la meilleure nouvelle possible, et le premier trailer et son ambiance mature et réaliste promettait monts et merveilles.
Un mauvais buzz sexiste basé sur une simple seconde d’extrait aura ensuite entaché l’attente du jeu par un combat entre féministes et presse vidéo ludique. Et vint enfin la sortie du jeu qui divisa clairement les fans : certains le renièrent et le pointèrent du doigt comme une trahison à la licence et une aventure superficielle et rocambolesque, menée à grand coup de scripts ; et une autre partie du public y vit une référence en terme de jeu d’action et un titre culte pour la PS3. Difficile de faire la part des choses avec tout ça. J’ai donc préféré laissé passer les escarmouches, et par la même occasion attendre que le jeu soit gratuit pour les abonnés au PS+ pour me plonger dans l’aventure.

Le navire de Lara n'est pas le seul à avoir échoué sur l'île, on dirait...

Le navire de Lara n’est pas le seul à avoir échoué sur l’île, on dirait…

La naissance d’une survivante
Retrouvant une Lara Croft encore étudiante, on prend plaisir à déceler fragilité et naïveté dans ce personnage trop souvent lissé par le passé. Une jeune étudiante, donc, qui participe à une expédition archéologique à la recherche du Royaume du Yamataï. Un monde perdu où Himiko, la Reine des Tempêtes veille. Et alors que Lara avait convaincu l’équipage de s’enfoncer dans le triangle du Dragon, les vents se déchaînent et le bateau s’échoue une île perdue peuplée de mercenaires dirigés par Mathias, un prêtre fou qui organise des rituels étranges. Responsable du naufrage et de la mort de plusieurs personnes, Lara va devoir se battre pour sauver ceux qui restent et apprendre vite, très vite, à survivre dans ce milieu hostile.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] DmC Devil May Cry

dmc-jaquette-50f3cdc640eb3icone yeaahLe premier Devil May Cry fut une innovation célèbre du monde du jeu vidéo, prouvant qu’on pouvait aller encore plus loin qu’on l’imaginait dans la notion de classe à l’état pure. Ainsi naquit Dante, l’homme-démon aux cheveux argentés qui use des guns avec une attitude totalement géniale et des skills hallucinants. La réalisation technique impeccable et un gameplay nerveux et complet en ont fait un titre culte.

Puis vint le second volet, sorte d’énorme mollard craché à la gueule de la licence ne laissant qu’une impression de mollesse, d’ambiance insipide, de manque de charisme, et de défauts en tout genre… Le 3ème volet rattrapa magistralement la licence parait-il, mais je n’ai jamais réussi à m’y mettre. Mon engouement pour Dante s’était éteint et je n’ai pas réussi à le rallumer non plus avec la démo du 4ème opus sur PS3 qui, bien que de qualité, semblait trop dans la simple continuité du genre…

Oui bon, j'avoue, la mèche longue faisait un peu trop émo, mais ils l'ont un peu raccourci et le reste du look est bien cool !

Oui bon, j’avoue, la mèche longue faisait un peu trop émo, mais ils l’ont un peu raccourci et le reste du look est bien cool !

Et ce n’est qu’en entendant les cris horrifiés des millions de fans face au nouveau Dante de Dmc que ma curiosité a enfin été à nouveau attisée. Un reboot de l’histoire, un Dante au look très différent et un côté plus petit branleur ? Ça pouvait faire peur, oui, mais ça promettait enfin du nouveau ! Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Shank

Shank-key-Articone yeaahShank crie vengeance !
Voilà, c’était le scénario… non mais, même pas simplifié, hein, on commence le jeu avec cette seule donnée, et c’est parti pour du défonçage de brutes épaisses. Et au fil des combats et surtout des boss affrontés, des flashbacks vont nous apprendre grosso modo que l’on faisait partie d’une espèce de mafia, mais qu’on est tombé amoureux d’une jolie poulette et que le chef et nos collègues ne le voyaient pas sous cet œil. Du coup, ils ont buté la copine de Shank, et Shank, faut pas lui buter sa copine, sous peine de s’en prendre plein la gueule en retour.

Tarantino et Rodriguez font un Beat’em all

shoryuken dans ta gueule !

shoryuken dans ta gueule !

Très ouvertement inspiré de Kill Bill niveau ambiance et histoire, Shank se pose clairement en série B du jeu vidéo, empruntant allègrement les codes du genre pour une ambiance des plus délectables. Voix sévèrement burnée, punchlines qui déchirent, du sang un peu partout, une tronçonneuse, des danseuses à moitié à poil qui font du kung-fu, bref, tout ce qu’il faut pour un bon nanard bourrin, mais de qualité. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo

[Jeu] Metal Gear Solid : Revengeance

metal-gear-rising-revengeance-trailericone MouuaisDans une ligne temporelle difficile à suivre et dont, hormis les puristes, on commence à se foutre un peu, Metal Gear Rising : Revengeance nous place dans la peau d’un Raiden, plus cyborg que jamais, défendant la paix et la justice par le biais d’une agence gouvernementale semi-indépendante ou un truc du genre… en gros, il va là où les complots terroristes de grande envergure se fomentent et il arrange le problème à grand coup de katana.

Protégeant ainsi un président d’Afrique menacé, il échoue face à un samouraï au katana rouge sang, et se fait mettre salement à l’amande. La mort du président cache des enjeux planétaires de style alliance entre grande industrie d’armes et développement des richesses liées à la guerre… mais pour le joueur, c’est avant tout une raison d’être très en colère face à l’organisation qui nous a battu et de vouloir tout casser.

Sam, un samouraï mystérieux va foutre une grosse pâtée à Raiden...

Sam, un samouraï mystérieux va foutre une grosse pâtée à Raiden…

Bla bla bla…
Si je résume grossièrement le contexte de l’histoire, c’est que c’est comme d’habitude assez complexe en terme de tenants et d’aboutissant pour qui, comme moi, ne s’intéresse pas à la politique. Mais aussi parce que outre ce contexte fouillis en trame de fond, les thèmes abordés en premier plan sont d’une banalité à pleurer, enfonçant les portes ouvertes et sans jamais proposer de punchline originale. Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Article par Edward, Jeu Vidéo