Archives de Tag: Scarlett Johanssen

[Film] The Avengers : L’ère d’Ultron

10869325_591589580977275_2778898650041679518_oicone yeaahLes Avengers se sont réunis pour reprendre le sceptre abandonné par Loki et récupéré par les dernières factions d’Hydra. Mais une fois entre leurs mains, Tony Stark, un peu trop curieux et ambitieux, tentera de profiter de son énergie pour mener à bien un projet de longue date : Ultron. Une intelligence artificielle révolutionnaire qui pourra veiller sur la Terre de façon autonome et les protéger tous. Evidemment, l’IA préfère une voie plus dangereuse et se retourne contre ses créateurs en construisant sa propre armée de robots.

The Avengers premier du nom était bien et a agréablement surpris. The Avengers 2 est bien. Mais côté surprise, on est totalement dans la zone de confort des films Marvel. Un bien ou un mal, je ne sais pas trop. Car au final, les seules tentatives pour donner un fond plus fouillé que d’habitude s’avèrent très maladroites.

Les Avengers savent désormais très bien travailler en équipe, et ça dépote sévère !

Les Avengers savent désormais très bien travailler en équipe, et ça dépote sévère !

La mégalomanie et le cynisme de Stark qui sont à l’origine du conflit sont au final assez survolés et surtout pas conclus, les motivations d’Ultron sont vagues et mal traitées, le potentiel de relation entre Banner et Natasha essaye bien de multiplier les moments intimes, mais ne fait jamais avancer grand-chose d’intéressant, ou encore les flashbacks pas très intéressants rêvés de chaque personnage manipulé par la Sorcière Rouge. Quant au background de Barton, il s’épaissit avec surprise, mais bof, c’est Barton, quoi, on s’en fiche un peu… Le scénario, quand à lui, est dans sa globalité très prévisible et assez rocambolesque (mention spéciale à la menace finale de destruction de la planète qui est abracadabrante au possible), mais ça, à la limite, c’est pas bien gênant. Ce n’est pas ce qu’on attend spécialement d’un film Marvel. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Film

[Film] Don Jon

21058781_20131118171447215icone MouuaisJon est un homme beau, costaud et très fier de son corps, qui organise sa vie sociale entre soirées entre potes pour mater les filles, et en ramener une pour un plan baise. Mais malgré ces plaisirs de chair quotidiens, il ne prend de réel plaisir que dans le visionnage de films pornos. Et quand il tombe amoureux et que sa vie de couple commence à se concrétiser, ce plaisir solitaire s’avère ne pas être du goût de la demoiselle et les choses vont se compliquer.

la famille de Jon est à la fois détestable et presque touchante dans leur côté primaire

la famille de Jon est à la fois détestable et presque touchante dans leur côté primaire

J’ai du mal à apprécier ce film. Certes, il faut le prendre comme un premier film, celui de Joseph Gordon-Lewitt en tant que réalisateur. Et de ce point de vue, c’est plutôt correct, car un tel pitch aurait très facilement pu tourner dans l’humour teenager à la American Pie qui est certes efficace, mais plutôt basique et peu réfléchi. Et ce n’est pas le cas, Don Jon n’est pas un film comique, mais une réflexion sur le porno et la vie d’un célibataire vis-à-vis de ce hobby. C’est donc un bon point, mais aussi sa principale faiblesse. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Film

[Film] Her

HER-Affiche-Franceicone Woooh !!Dans un futur proche, Théodore est un homme blessé. Séparé et en attente de divorce, il a beaucoup souffert et s’est renfermé sur lui-même. Occupé par son travail dans lequel il écrit des lettres émouvantes pour d’autres personnes, il ne vit plus que par procuration, n’osant se risquer à vivre lui-même. Jusqu’au jour, où rongé par la solitude, il va se laisser tenter à installer le nouvel Operating System intelligent et évolutif qui vient de sortir dans le commerce. Nommée par elle-même Samantha, l’intelligence artificielle va devenir la confidente de Théodore, la présence avec qui partager sa vie.

Qu’il est agréable de voir un film aussi intelligent et fin dans ce monde de brutes ! La thématique de base est déjà intéressante, surtout pour ma génération ayant grandi avec l’évolution de l’informatique, et rien que la curiosité donne assez envie pour laisser sa chance au film. Précisons tout de même que Her n’a aucune vocation à traiter le point de vue scientifique de la chose.

Un équivalent de mobile dans la poche et une oreillette, et Theodore et Samantha peuvent se balader sur la plage

Un équivalent de mobile dans la poche et une oreillette, et Theodore et Samantha peuvent se balader sur la plage

Que les pointilleux sur le sujet de l’intelligence artificielle ne s’offusquent pas sur la théorie de cette intelligence qui n’a pas de possibilité d’exister à ce jour. C’est une what if story. Une réflexion sociale et humaine se basant sur la question hypothétique : et si un tel programme d’intelligence voyait le jour ?
Et là où le film Simone avec Al Pacino se contentait de survoler le sujet en se concentrant sur l’humour des situations engendrées, Her choisit la voie intimiste et s’attache aux sentiments, aux points de vue, et à l’interaction sociale.

Ainsi, Theodore va passer par de nombreux stades possibles avec Samantha. Une oreille attentive pour commencer, puis une réelle confidente à qui on peut tout dire, une entité à qui il va s’attacher, une partenaire de fantasmes, et enfin une compagne à part entière dans la vie de tous les jours.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Film