[Série] The Walking Dead, saison 1 à 3

The-walking-dead-S01-image1Se réveillant d’un coma de plusieurs mois, Rick, shérif d’une petite bourgade, se retrouve seul. Dehors, les gens ont fui, sa femme et son fils ont disparu et pourtant des silhouettes se profilent à tous les coins de rue. Une épidémie, une mutation, personne ne sait exactement ce qui s’est passé dans ce chaos, mais les morts se relèvent et dévorent les vivants.
Dans ce carnage, Rick va tenter de retrouver sa famille en évitant ces monstres baptisés les rôdeurs. Mais dans cet enfer, le plus dangereux est souvent l’homme lui-même et la confiance est bien difficile à accorder.

la ville est devenue, comment dire... un peu dangereuse... ^^"

la ville est devenue, comment dire… un peu dangereuse… ^^ »

Un format parfait
Après un comics de grande qualité écrit par Kirkman, on pouvait craindre l’adaptation télé, imaginant des thèmes très édulcorés et un côté grand public tuant ce qui fait le sel de l’œuvre originale. Mais il n’en est rien. The Walking Dead en série télé donne une fois encore la part belle à l’évolution des personnages, sur un fond de carnage ignoble à souhait. Pas de romantisme mal placé, d’héroïsme irréaliste ou même de morale facile. Les personnages sont profondément humains, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Et contrairement aux films de zombie qui doivent conclure leur histoire en environ deux heures, le format série télé permet de prendre son temps. De cumuler les épreuves atrocement difficiles pour nos héros et donc de légitimer leurs doutes, leurs peurs, et leurs pensées de façon palpable.

Dans une histoire de zombie, il vaut mieux partir à plusieurs... histoire qu'au moins quelques-uns arrivent à destination...

Dans une histoire de zombie, il vaut mieux partir à plusieurs… histoire qu’au moins quelques-uns arrivent à destination…

Et des épreuves, il y en aura. Les morts se succèdent, toutes plus gores les unes que les autres, sans pour autant jouer la carte du slasher movie. On assiste impuissant à une force qui nous dépasse et chaque personne dévorée fait ressentir au spectateur un peu plus d’effroi et de colère envers les événements. Un ressenti très viscéral, donc.

Les personnages couvrent un large panel de personnalités, permettant de traiter de nombreux thèmes. Le petit futé, le badass, la soumise, le cinglé, le renfermé, le connard, la rebelle, le meneur, etc… tout un petit monde dont les interactions entraîneront inévitablement des tensions et donc des problèmes. Mais une fois encore, pas de manichéisme facile. Les personnages les plus empathiques ne sont pas forcément les plus gentils et on choisit vite son préféré en croisant les doigts pour qu’il ne meure pas au prochain épisode. Alors dans le doute, blindez-vous le cœur, parce que des morts cruelles, il y en aura à la pelle. Personnellement, mon préféré reste Darryl qui est juste génial comme personnage, très profond et complexe, et très finement mis en scène.

le personnage de Shane est bien plus présent dans la série télé et donc bien plus complexe.

le personnage de Shane est bien plus présent dans la série télé et donc bien plus complexe.

Une adaptation de qualité
Je ne m’étalerai pas en comparatif entre la BD et la série, vu que je n’en suis qu’au tome 7 du comics, et surtout que la comparaison n’a pas vraiment lieu d’être. En effet, les scénaristes de la série ont eu le bon goût de piocher allègrement des événements dans le comics mais de les assembler sur une trame globale complètement différente. Ceci étant, même les adeptes de Kirkman ne sauront pas exactement à quoi s’attendre au fil des épisodes.

Pour vous situer, sachez juste que la saison 1 ne fait que 6 épisodes d’une heure et traite (hormis l’intro) une partie survolée dans le comics. Très intimiste, on pourra juste regretter un final un peu grand public, mais vraiment rien de grave. Les bases sont posées efficacement et l’attachement aux personnages principaux est considérable.

Darryl, mon chouchou, il est trop bien comme perso !! <3

Darryl, mon chouchou, il est trop bien comme perso !! ❤

La saison 2 de 13 épisodes de 45 minutes se déroule principalement dans la ferme d’Hershell, amenant un aspect campagnard isolé, et axant donc encore plus l’histoire sur les émotions et tensions entre les protagonistes. Une saison vraiment intense de bout en bout.

Et la saison 3 de 16 épisodes s’attaque au thème de la prison, moment que j’attendais le plus, car annonçant aussi la venue du gouverneur, personnage mythique de la série. Un gouverneur totalement différent de l’original, là aussi, moins marqué, plus complexe. Mais malheureusement, je trouve que cette saison qui partait très bien sur la première moitié s’essouffle et se noie un peu dans quelques épisodes inutiles, cassant le rythme et la tension générale. Le final est donc en grosse demi-teinte et même assez décevant. On y voit aussi se profiler les défauts habituels de rythme des séries qui s’essoufflent et tombent dans la narration un peu trop clichée. C’est dommage mais cela ne concernant que 4 ou 5 épisodes, je ne condamne pas la série pour autant, attendons de voir si la saison 4 saura reprendre les rennes et continuer sur une bonne lancée.
zombeh

Dans tous les cas, je conseille fortement cette série à tout amateur d’histoire de zombie, car elle est clairement un pan important de cet univers. Et en la regardant, je n’ai qu’une envie, c’est de lire à nouveau le comics, de jouer au jeu Walking Dead de Telltale et de me refaire The last of us. Que du bon, donc.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Article par Edward, Série

Un mot à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s